Publié le 28 Mai 2017

"Il n'y a réellement ni beau style, ni beau dessin, ni belle couleur: il n'y a qu'une seule beauté, celle de la vérité qui se révèle." (Rodin)

Je viens de voir le film de Jacques Doillon "Rodin" qui représente le sculpteur au sommet de son art, à 40 ans passés. Je ne veux pas comparer le film avec celui de Bruno Nuytten, admirable, intense, convulsif, dont le personnage central était Camille Claudel, dans le reflet de leur passion révélatrice et destructrice à la fois. Du moins pour elle...

Ici, Rodin habite l'écran et Vincent Lindon habite le personnage. Nous le voyons au travail et en réflexions, les deux en même temps, et presque jamais au repos. Il dit lui-même que l'essentiel du talent réside dans le travail permanent. Sans cesse à la recherche de la vérité de la figure, une vérité au-delà de l'apparence et qu'il faut libérer de la glaise.

Il malaxait la matière, ils malaxait ses modèles aussi, pour en obtenir cette vérité-là, ces émotions qui faisaient vivre les muscles et les chairs et qu'ils devaient transmettre au spectateur. En modelant, en dessinant, son regard pénétrant ne devait jamais quitter le modèle, ses mains étaient le prolongement de ce regard.

Je me souviens de ma première rencontre avec sa sculpture "en vrai", un face-à-face soudain avec ses "Bourgeois de Calais", sur la place de l'hôtel de ville de Calais, balayée par tous les vents... Un choc émotionnel immense: je me sentais minuscule devant ce groupe d'hommes si vivants! Le socle n'est pas très haut et du coup, il y a une proximité saisissante pour nous transmettre leur vérité si humaine devant le sacrifice. J'avais du mal à les quitter...

Pour moi, son Balzac est peut-être le sommet de son art. Il fait exploser la sculpture académique et ses règles lisses, dépourvues de l'émotion convulsive de la vérité.

Rodin Rodin

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #hommage, #réflexion, #ressenti

Repost 0

Publié le 23 Mai 2017

   Mon jardinet de ville est minuscule mais j'en parle si abondamment qu'on pourrait l'imaginer d'au moins dix fois sa taille! Depuis que la terrasse a mangé un bon bout de la pelouse, il en reste peut-être  -  à la louche  -  à peine 40 mètres carrés... 

   Avec le temps, mon jardin devient indispensable, presque vital à mon bonheur quotidien. Il m'aide à suivre les saisons, m'intégrant aux changements imperceptibles, organiques qui se jouent dans cette nature "mouchoir de poche", devant mes yeux. J'accompagne les premiers frémissements de l'éveil, avec les perce-neige suivies des violettes qui se cachent dans la pelouse à peine dégourdie des gels nocturnes, tout comme les crocus et les muscaris multicolores. A chaque saison son univers. Plus on avance vers la chaleur, plus les couleurs et les espèces entrent dans la danse, passent et se remplacent, afin que le jardin soit toujours en beauté. Je l'accompagne  -  il m'accompagne  -  vers la chute des feuilles, vers l'endormissement hivernal. Je ne peux m'empêcher de filer la métaphore vers la vie humaine, la mienne en l'occurrence.

   Je me demande d'où me vient cette attirance de plus en plus dévorante. Je me souviens des lilas et des fameux rosiers de ma grand-mère, de sa tristesse infinie de devoir s'en séparer lors d'un déménagement. Les femmes de ma famille cultivaient toujours leurs jardins. Il y avait le potager pour la nécessité et le jardin à fleurs pour le plaisir. Pour la volupté, a joie primordiales que la beauté fait naître en nous. Et cette joie, je la lisais toujours dans leurs yeux...

(à cliquer sur les photos pour les agrandir)  

L'atavisme du jardinier...
L'atavisme du jardinier...L'atavisme du jardinier...L'atavisme du jardinier...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #jardin, #état des lieux ressenti

Repost 0

Publié le 18 Mai 2017

Une amie qui, à la cinquantaine, bataillant contre une foule de soucis de santé, ressent la nécessité de dresser le bilan de sa vie. Elle déborde d'énergie, ne tient pas en place, veut transgresser les limites que la maladie lui impose. Impulsive, elle ne supporte pas les contradictions. La question la plus importante qui la tracasse, en ces moments de bilan: "suis-je quelqu'un de bien?"...

Son interrogation m'a surprise. J'imagine que pour chacun de nous, la question qui  surgirait au moment venu serait différente. Je me suis donc penchée sur mon cas. 

Le doute concernant ma bonté ne me tourmente pas. Je me considère assez empathique, voire bienveillante sans toutefois me laisser dévorer, sachant aussi mettre de la distance si nécessaire, quitte à assumer parfois une certaine solitude qui en résulte. Je préfère même donner que recevoir, ce qui est assez ambiguë... Je déteste et fuis les conflits.

Alors, quelle serait ma question à l'heure du bilan? Sans hésiter: "ai-je été assez courageuse pour profiter des possibilités, des chances que la vie m'avait proposées pour ne pas partir un jour avec des regrets?" Réponse: je suis sûre que non. A ma décharge: le destin a pris soin de semer bon nombre d'obstacles sur ma route dans le but d'éprouver si ma nature plutôt stoïque résisterait aux coups qui arrivaient, la plupart du temps, sournois et inattendus... Ah, le Destin! Pour compenser, il m'a gratifiée d'une capacité d'émerveillement qui, bien que pâlissante, ne s'est toujours pas éteinte... 

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexions, #ressenti

Repost 0

Publié le 15 Mai 2017

C'est une photo que j'ai empruntée sur le blog de Françoise.

Elle vient de mourir, après un long et pénible calvaire, une bataille héroïque.

Je l'ai connue  -  sans jamais l'avoir rencontrée  -  sur la blogosphère, à mes débuts en 2008. J'ai admiré ses aquarelles, leur liberté, leur légèreté inimitable. Elle travaillait beaucoup le nu, d'après des modèles vivants et c'était cela qui nous a rapprochées. On a échangé beaucoup de mails plus personnels que je garde précieusement. Elle suivait avec une grande fidélité  -  vertu primordiale pour moi  -  mon blog, mes dessins et mes débuts en écriture, toujours généreuse en encouragements. J'aimais son esprit caustique, prêt à l'autodérision. Je l'admirais  -  et elle était pétrie de doutes, tout comme moi, au fond.

Dernièrement, nous sommes devenues encore plus proches. La maladie impitoyable a eu le dernier mot, malgré les défis courageux qu'elle lui lançait. Peut-on souffrir de la perte d'une amie "virtuelle"?... 

Je vous assure que oui. Beaucoup...

Adieu à Françoise Blanc-Dupasquier
Adieu à Françoise Blanc-DupasquierAdieu à Françoise Blanc-Dupasquier

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #ressenti, #souvenirs, #hommage, #mémoire

Repost 0

Publié le 12 Mai 2017

Depuis hier soir, je n'arrive pas à m'en libérer l'esprit. 

Les grands malheurs des autres parviennent-ils à nous délivrer des nôtres, du moins à nous décharger d'une parcelle du poids qui pèse sur nous? 

En parler, est-ce que cela enlève de cette charge émotionnelle suffocante?... La personne qui s'est ainsi débarrassée d'un fragment de son histoire en la partageant, s'en est  trouvée manifestement soulagée. Celles qui l'ont écoutée, ploient sous le fardeau de l'indicible horreur.

- Vous avez perdu combien?

- Une dizaine de kilos. Et vous?

- Quinze au moins. Ils vous donnent combien de temps?

- Trois à six mois tout au plus. C'est comme ça. Je suis là-dedans depuis longtemps, vous savez. il faut bien que ça se termine un jour.

- Moi, j'ai commencé à 17 ans. Je me rappelle le sentiment d'horreur en me levant le matin et que tous mes cheveux sont restés sur l'oreiller... Mais bon, on s'habitue à tout. J'en suis à ma sixième opération. 

- Quel âge avez-vous?

- Bientôt 53. J'ai l'impression que chaque fois qu'un coup dur me tombe dessus, ça recommence. C'est mon fils... Il est violeur multirécidiviste  -  j'ai du mal à le prononcer  -  à cause de la drogue et l'alcool... Il a commencé avec sa petite soeur, puis il a fait de la prison à cause d'une petite de 8 ans à la Ducasse... Sa compagne se drogue aussi...

- ...

- Mais le pire, c'était il y a quelques mois... Là il a pris 20 ans...

- ...

- Je n'en dors plus depuis, je ne fais que pleurer toute la nuit. Vous imaginez: il s'est attaqué à sa petite fille d'un an!... Et sa femme qui regardait... Drogués tous les deux... C'est moi qui ai appelé les pompiers; on l'a emmenée en hélicoptère mais il n'y avait plus rien à faire... J'étais avec elle, je tenais dans mes bras ce petit tas de chair en sang, j'ai continué à la bercer même quand elle est morte dans mes bras... Je n'arrive pas à m'en remettre... La psychologue m'a conseillé de m'acheter une poupée: je dors avec, je la serre dans mes bras, je la berce... Ca m'apaise un tout petit peu.

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #ressenti, #témoignage

Repost 0

Publié le 1 Mai 2017

Dans un carton contenant des photos anciennes en vrac, je tombe sur celle-ci, avec des traces d'usure, de chiffonnage par je ne sais qui... En tout cas, avec les traces du temps, témoin impitoyable...

Une petite émotion n'est jamais absente dans ces moments-là... Face-à-face avec soi-même, avec son histoire. D'après le col marin, j'identifie le moment: j'ai 14 ans et je quitte l'école pour le lycée. Les grands changements qui se préparent dans ma vie s'accompagnent de métamorphoses physiques: la frêle fillette se transforme en jeune fille. Passage chez le coiffeur qui me  modèle une coiffure de "grande", plus fluide, moins "obéissante" aux principes de la sagesse...

Le lycée se trouve dans la ville voisine. Je prendrai le train tous les jours, à 7 h, qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige à gros flocons, dans la fraîcheur ou sous le soleil du matin...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réminiscences

Repost 0

Publié le 24 Avril 2017

   Je viens de regarder dans le détail les résultats du premier tour des élections présidentielles  dans mon département. Quasi dans toutes les communes, le FN arrive nettement en tête.

 Habileté du discours de la patronne? Ce discours au service d'une stratégie efficace pour occuper la place désertée par les partis traditionnels de gauche et pour crédibiliser le personnage de l'héritière d'un patriarche fondateur du parti d'extrême droite en porte-parole de ceux qui se sentent abandonnés de tous... 

      Pourtant, l'alerte a été donné depuis longtemps. Les crises économiques, la mondialisation échevelée qui ne profitait qu'aux plus nantis, les petites gens négligés voire méprisés, avec l'insolence de ceux qui se sentent "intouchables" car ils tiennent le haut du pavé, une Europe dont le beau rêve s'effondre devenant un instrument de plus à oppresser... La révolte maintenue en laisse avec des appâts de mauvaise qualité, du foie gras et du caviar qui n'en ont que l'air, du mousseux à la place du champagne, de l'aumône à la place de la dignité. On s'enfonce ainsi, une bière à la main, dans son canapé devant un Hanouna avilissant: au moins, on vide sa tête, en espérant que son cancer sera encore soigné quelque temps...

   Ils sont nombreux. Qui va s'occuper de leur sort?... Question rhétorique.

   Et pourtant, je ne tiens pas un discours "contre l'élite", si courant aujourd'hui. Il y aura toujours des gens avec plus de talent, plus de courage, d'inventivité que d'autres. L'ambition, pour moi est honorable si elle signifie la volonté d'aller au bout de ses possibilités (sans forcément écraser les autres). Le travail doit être rémunéré, partout, selon son intensité, son utilité ou son originalité. Il faut que la volonté, le talent, le travail puisse donner accès à ce fameux ascenseur social. Que l'éducation, la culture ouvrent les esprits vers la dignité et l'envie de s'élever.

  Utopie?...

 


 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexions, #ressenti, #souhait

Repost 0

Publié le 17 Avril 2017

   Lundi de Pâques... Du silence, un peu de soleil, le grand calme qui me manquait parfois durant les semaines précédentes mais qui devient vite pesant. En compagnie de ma petite-fille Lucie, puis avec toute la famille: rituel des vacances scolaires. Denrées périssables par l'usure du temps: un jour, les petites seront grandes et moi trop vieille... En attendant, je profite de cette peau de chagrin qui apporte tant de plaisir!

   Un merle à l'aile blessée par les chats baroudeurs des voisins a atterri sur ma terrasse, incapable de s'envoler. Il se cachait sous le vieux sapin de Noël qui attend d'être évacué à la déchetterie. Il courait très vite sur ses pattes fines, testant parfois son aile pendante, puis il se dissimulait sous les buissons. Avec Lucie, nous avons assisté, impuissantes, à ce ballet à l'issue certaine: la nuit tombait, impossible de le mettre l'abri des instincts chasseurs... J'avais l'impression de le condamner à mort.

   Sensiblerie ridicule? Probablement. Le sort des oiseaux est d'être croqués par des chats qui ne sont même pas affamés...

   Surtout s'ils ne peuvent plus voler.

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #ressenti

Repost 0

Publié le 11 Avril 2017

Un début d'avril bien rempli

   Nous sommes bientôt mi-avril... Aucun article de ma part depuis la fin de mars! Il faut dire que les jours sont bien remplis, je suppose, pour tout le monde. Avec un printemps exceptionnellement ensoleillé  -  je touche du bois!  -  la lumière nous attire dehors comme un aimant. Les rencontres amicales ou familiales se multiplient, ici ou ailleurs, avec leurs cohortes de préparatifs, rangements, nettoyages, courses, cuisine, vaisselle et rebelote... Le vrai plaisir est au milieu, dans les conversations.

   Les petites sont arrivées, des Caraïbes dans nos contrées rafraîchissantes et elles essaient d'effacer le décalage horaire, d'apprivoiser le sommeil avant la rentrée de mardi prochain. C'est toujours délicieux de les retrouver: cette fois-ci j'ai "hérité" de l'aînée de 11 ans. C'est le moment des grandes conversations, des grands tracas concernant le futur si proche, si énigmatique, si différent. Et une grand-mère semble presque omnisciente et, en tout cas disponible et imperturbable dans ces cas-là...

   Le 6 avril, nous avons eu notre soirée littéraire chez moi. Nous avons profité du passage de Sylvie Durbecq pour la convier à notre soirée, afin qu'elle présente un de ses livres ("Marseille, éclats & quartiers"). J'ai eu l'agréable surprise de voir arriver 20 personnes dont trois pour la première fois. Le plus jeune participant avait 6 ans, le plus âgé 91! On ne peut pas dire que nous ne brassons pas des générations! L'ambiance était chaleureuse, amicale: 2 h de lecture (pour ma part, j'ai présenté le poète russe Evguéni Evtousenko qui vient de mourir nous laissant l'image nostalgique et flamboyante de notre propre jeunesse. J'ai lu un de ces poèmes en russe et en traduction française.) La nourriture poétique était suivie d'une table bien garnie et nous nous sommes quittés vers minuit.

Pourvu que le soleil reste encore avec nous pour nous faire cadeau de sa force inépuisable!

Un début d'avril bien rempliUn début d'avril bien rempli
Un début d'avril bien rempli

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Repost 0

Publié le 30 Mars 2017

Assurément, nous avons vécu aujourd'hui la plus belle journée du mois de mars qui touche à sa fin. Le soleil est encore au-dessus des bulbes du clocher de l'église (quel progrès, en un mois!) et bientôt retentira au carillon "Au clair de la lune, mon ami Pierrot..." précédant les sept coups.

Depuis plusieurs jours déjà, la météo nous prédit que nous sommes en train de manger notre pain blanc. Quel traitement stressant! Je ne veux pas vivre sous cette menace oppressante qui gâche la joie de l'instant! J'ai envie de m'imprégner de la chaleur du soleil sur ma joue et mes pieds nus, promener mon regard sur le jardin renaissant et multicolore. Je voudrais pouvoir oublier les lendemains qui ne chanteront pas et m'adonner à la douce insouciance du présent. Comme il y a soixante ans, quand j'étais enfant...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Repost 0