Publié le 23 Juin 2016

A propos du Scorpion

Quelqu'un m'a demandé, dans la série zodiacale, le Scorpion, le signe qui fait peur... Pauvres Scorpions qui n'y peuvent rien, innocents d'être nés sous telle ou telle étoile, ils doivent régulièrement essuyer le recul méfiant: "Ah bon, vraiment? Mon (ma) pauvre...! Pas évident!" Je voudrais les réhabiliter... un peu.

De plus, l'Ascendant peut atténuer ses côtés obscurs.

Que dit mon petit bouquin érudit? Le Scorpion se fait remarquer par son regard magnétique (Picasso, Delon, De Gaulle) qui voit tout, s'impose, joue de son pouvoir. Il peut être très beau ou très laid, mais d'une laideur très attirante. Il a une santé de fer et, même s'il est malade, cela ne freine pas ses activités. Ses problèmes sont liés au sexe ou à la face (sinusite, rhinite, blessures).

Tendances auto-destructrices, fascination pour la mort. Sports d'endurance, de concentration: boxe, judo, karaté, tir à l'arc. Ses problèmes sont plus souvent psychologiques que physiques, les secondes ayant leur origine dans les premiers. C'est un anxieux.

Il peut être jaloux, intransigeant, agressif, manipulateur (n'en jetez plus!). Mais lorsqu'il abandonne sa "peau de serpent" pour devenir un "aigle", pour se dépasser, il peut aller plus loin que quiconque. Il peut tout donner, y compris sa vie, pour une cause exaltante. Il a une intelligence pénétrante, capable de deviner le point faible ou l'intention cachée de l'autre, détectant la faille avec une efficacité redoutable. Goût du secret; il est difficile à déchiffrer. Les obstacles le stimulent, le danger lui donne des ailes. Il n'accepte jamais la défaite. Orgueilleux.

Comment aime-t-il? Jeu subtil du bourreau à victime... entre abîme du désespoir et exaltation amoureuse! Montagnes russes: affrontements successifs, déchirements, cris de haine et de passion! Il cherche obscurément la femme initiatrice et sublime qui lui permettrait de rejoindre Dieu. Il la veut pure. Si elle cède, il devra l'en punir, il la méprisera, l'avilira. Seule une femme de sa trempe pourra y résister.

Comment est le Scorpion au féminin? Elle est l'incarnation de la femme fatale, elle a beaucoup de présence. L'oeil est souvent bridé, allongé. La voix surtout est reconnaissable: une voix de "gorge" ou de "sexe", un peu rauque (Piaf, Bacall, Casares etc.). Elle a d'étranges pouvoirs envoûtants. Parfois très belle, mais même "laide", elle a de nombreuses conquêtes, à faire pâlir des vraies beautés.

Sa santé pose les mêmes soucis que celle de l'homme, liés au sexe (règles douloureuses, stérilité, fausses couches, déséquilibre hormonal, inflammations).Tempérament anxieux, tendances auto-destructrices, transformant ses conflits intérieurs en maladie. Elle doit éviter l'alcool, les drogues - et les personnes qui la vampiriseraient. Elle est dans la démesure, aussi bien dans l'altruisme que dans l'adversité. Ses rancunes sont aussi tenaces que ses attachements, elle impose sa volonté, elle ignore la tiédeur.

Elle est intelligente, voit au-delà des mots et des évidences. Elle détecte le mensonge, devine l'intention cachée de l'autre. Elle ferait une espionne idéale, réussit dans les métiers médicaux et para-médicaux.

Comment aime-t-elle? Avec passion mais aussi avec un côté "mante religieuse" qui effraie un peu les hommes. Celui qui est aimé d'elle, trouvera toute autre relation fade! Elle le fera vivre sur des montagnes russes, entre crises de dépression et moments d'exaltation. Lorsqu'elle rencontre l'homme digne de son admiration, elle devient une compagne exceptionnelle: elle le secondera, aplanira les obstacles sur son chemin, le conseillera usant de son intuition, sans jamais faiblir, avec une rare dévotion. Si l'homme réussit, il le lui devra, sans aucun doute.

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #jeu, #ressenti

Publié le 20 Juin 2016

Fête des Pères

Qu'est-ce qui fait qu'un seul week end, tout d'un coup, défroisse les plis de nos éreintements accumulés durant les semaines monotones et pluvieuses?...

La chaleur puisée auprès de mes enfants. Mon fils et sa famille.

Fête des pères. Les petites, excitées, vont chercher leurs cadeaux confectionnés en cachette, pleins d'amour et d'attention pour un papa dont je ne cesse de m'étonner et de m'émerveiller: comme il a grandi vite! Ma seule création qui vaille. J'en suis fière, très fière. Il est comme je l'ai rêvé avant sa naissance: beau, grand, intelligent, il a de l'humour et du coeur. Même à une époque sans échographie, j'ai toujours su que ce serait un garçon... Une certitude intime. Sans être particulièrement obsédée par l'idée d'avoir un garçon: j'aurais été tout aussi émerveillée par une petite fille.

Pour autant, je pense ne pas être une mère possessive. Je n'ai jamais considéré ma belle-fille comme une rivale. Je suis heureuse de leur vie et je ne souhaite qu'une chose: qu'elle continue ainsi jusqu'à la fin des temps!

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #ressenti

Publié le 14 Juin 2016

L'après...

L'expo est décrochée. L'ambiance a été aussi maussade que le ciel du juin au-dessus de nos têtes... Quelques centaines de visiteurs, un peu moins de mille, en dix jours. Très peu de ventes.

La lassitude semble gagner tout le monde: manque de soleil, manque d'entrain.

Pourtant, il faut repartir à chaque fois, se re-motiver avec quelques projets de "sous-le-coude" non encore aboutis.

Un petit café peut-être, pour se donner le coup de fouet salvateur...

Terminer ma pièce, bravant la superstition qui me paralyse depuis la mort de Richarda?

M'occuper de la maison, relançant les menus embellissements qui me demandent un effort jusqu'ici insurmontable?

​Ma frise de quinze mètres à dessiner, en état embryonnaire depuis 10 ans?...

Aller chercher du pain chez le boulanger du coin, pour commencer.

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié le 11 Juin 2016

A propos du signe de la Balance

Après tant d'allusions sur mon blog au signe de la Balance, il est temps d'esquisser son portrait.

J'ai rencontré les signes astrologiques en France, après mon départ de Hongrie (où cela n'était pas encouragé, plutôt inexistant) avec Gilbert. Ma belle-soeur m'avait offert un livre ("Connaissez-vous par votre signe astral" de Joëlle Gravelaine) et ce petit jeu d'analyse m'a semblé très pertinent et encore plus divertissant! Un moyen de découvrir les gens, ludique. J'en suis restée là, ne croyant pas aux prédictions que proposent les magazines!

Dans le portrait qui suit, je m'appuie sur le même bouquin, quitte à me dévoiler un peu plus: dans les traits flatteurs aussi bien que dans ceux, moins avantageux (le fameux sens aigüe d'équité de la Balance) que je préfèrerais taire...

La Balance est un signe d'Air, cardinal. De la finesse, de la grâce; même l'homme du signe a quelque chose de féminin dans l'apparence. Une distinction, une justesse du geste qu'il possède en toutes circonstances. "Un sourire en coup de chapeau..."

A la constitution pas très robuste, son point faible est: les reins. Il doit boire beaucoup d'eau, sujet aux calcules. Problème de circulation sanguine, douleurs dans la zone lombaire. Emotivité excessive. La Balance, signe d'équilibre? Plutôt signe de recherche permanente d'équilibre! Signe de la juste mesure, aux renoncements aux excès, aux imprudences. Les problèmes affectifs retentissent sur sa santé.

Il projette sur l'autre sa propre sensibilité, ce qui l'empêche de blesser, d'agresser quelqu'un. Mais cela le rend très vulnérable au jugement d'autrui. Il a besoin d'être bien jugé, il se donne beaucoup de mal pour se faire aimer. Il fait du charme, à perte de vue, pour désamorcer toute menace d'agression, puisqu'il ne supporte pas l'hostilité. Conciliant, diplomate, habile et intelligent, doté d'un remarquable esprit d'équité; parfois avec un côté maniaque et exigeant. Certains se réfugient dans la futilité, le dilettantisme, pour éviter les grandes décisions.

Courtois, charmant, gentil et sentimental, il séduit sans peine. On lui reproche parfois son goût pour la compromission, dans le souci de désamorcer les hostilités.

C'est un artiste, un esthète, avec un sens de l'harmonie, un goût assez sûr pour les belles choses. Il est fait pour les métiers d'art, de décoration, de la couture, coiffure etc. Son aisance à créer des contacts, sa sociabilité extrême peuvent le mener vers la diplomatie, attaché de presse, impresario etc. Son grand sens d'équité peut le conduire vers la magistrature.

La Balance est incapable de dire non (pour ne blesser personne) et cela l'expose parfois à une vie compliquée... Le choix vient le plus souvent d'autrui. Il aime plus l'amour que la personne qui en est l'objet. L'amour reste la grande affaire de sa vie. La femme Balance aime recevoir et le fait avec des attentions exquises pour chacun des invités - mais elle les sélectionne. Tout la passionne: la politique, la religion, la philosophie. Elle défend mieux le talent et l'intérêt des autres que les siens et elle a de grandes difficultés à exiger la juste rémunération de son travail, ayant du mal à séparer l'argent de l'affectif.

Elle croit à la vie à deux. Elle se donnera beaucoup de mal pour la réussir, tant qu'elle admire l'homme dont elle est amoureuse. Elle ne supporte pas la tiédeur, elle en souffrira violemment mais elle consent difficilement au divorce (qu'en dira-t-on?).

Bien sûr, l'ascendant peut grandement nuancer le caractère, surtout dans la deuxième moitié de la vie. Le mien est le Taureau...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #jeu

Publié le 6 Juin 2016

Questions insidieuses

J'ai tondu la moitié du jardin, dans l'euphorie du soleil revenu, mais un énorme nuage noir et menaçant, arrivé d'on ne sait où, m'a fait rebrousser chemin et incitée à mettre à l'abri dare-dare la tondeuse électrique!

Le rythme tendu des dernières semaines m'a obligée de laisser maison et jardin à l'abandon. La pelouse arrive aux genoux, la maison crie après l'aspirateur et moi, après le repos!...

Je suis retournée à notre expo samedi et dimanche. Environ 200-250 visiteurs ont fait le tour des tableaux et des sculptures pendant les après-midi du week-end. Je serai encore de permanence du 8 au 12 juin presque tous les jours.

Souvent, je prends des ustensiles pour travailler un peu pendant l'attente, au lieu de compter les heures sur place. Il m'arrive aussi d'échanger avec les collègues et les visiteurs, ce qui est souvent intéressant.

Un sujet me tarabuste souvent, révélé par Mehmet Güleryüz, éminent peintre turc dont je fréquentais l'atelier durant 4 ans. Il m'a dit un jour: "Toi, tu n'es pas prête à sauter dans le ravin!" Sur le coup, sa phrase m'a troublée mais en y réfléchissant, je lui donne raison. Celui qui, doté d'un peu de talent, s'essaye à la création - quel qu'en soit le domine - se confronte tôt ou tard à la nécessité de se pencher sur le précipice. Des génies y ont même basculé (Van Gogh, Schumann, Faulkner et la liste est encore longue) car l'abîme a un grand pouvoir de vous attirer. Pour créer quelque chose de grand, de vrai et de hors norme, il faut descendre très profondément en soi pour pouvoir remonter le précieux minerai dont on peut extraire le chef-d'oeuvre. Au risque de rester au fond.

Sinon, on peut continuer à gratouiller la surface, créer même d'honnêtes oeuvres routinières, sans se mettre en danger.

Avec ce sentiment insidieux de lâcheté au fond de soi.

Ce matin, mon calendrier de sages citations me jette ce proverbe chinois à la figure:

" Les grandes âmes ont la volonté; les faibles n'ont que des souhaits."

(un de mes dessins exposés)

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #dessin, #réflexions, #ressenti

Publié le 1 Juin 2016

Altérité

Dix jours se sont envolés depuis ma dernière note. J'ai tout de même terminé deux troncs d'oliviers, plusieurs fois centenaires, à l'encre de Chine, rehaussée de fusain et d'autres techniques mixtes. J'aime mélanger les divers apports techniques. Au fond de moi, c'est la même démarche que de mélanger les gens, les races, les couches sociales, les envies et les occupations. Pas de ségrégation, pas même par la pureté. Curiosité envers l'altérité, en tout.

Mon autre terreur, c'est l'enfermement. J'ai besoin de respirer: j'ai horreur d'être cloisonnée dans une doctrine, une conviction - politique, religieuse ou autre - sans la moindre question, sans la plus petite ouverture qui laisserait entrer un filet d'air, une pincée de doute... Sans la possibilité d'approcher l'autre, de peser le pour et le contre...

Malédiction de la Balance.

Malédiction ou chance infinie.

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #dessin, #ressenti

Publié le 21 Mai 2016

Les fleurs du désir...

J'essaie de préparer ma participation à l'expo du groupe. Le couteau sur la gorge. Accrochage le 2 juin prochain.

Ce n'est pas une question de temps. Du temps, j'en ai eu beaucoup. Perdu.

C'est plutôt une histoire d'ENVIE, de DESIR... En relation étroite avec tout le reste de la vie.

On ne peut pas forcer le désir. Il surgit de lui-même ou pas du tout.

C'est une drôle de chose fragile, l'inspiration. Légère, elle vous effleure, vous essayez de la saisir au vol. Elle se dérobe...

Peut-être bien, faut-il plutôt nourrir le sol dans lequel on a envie de voir pousser ces fleurs exotiques et parfumées, ces fleurs du désir, dessins ou textes, en adéquation totale avec le plus profond de nous-mêmes...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #dessin

Publié le 13 Mai 2016

Soirée littéraire: "La correspondance"

Mercredi soir, la pluie n'a pas découragé les participants de notre soirée littéraire. Ils sont arrivés passablement trempés, chargés de victuailles et des textes à partager! J'en suis toujours très touchée: il faut avoir envie d'affronter le temps orageux, la fatigue, le froid ou le verglas en hiver, de faire des kilomètres en pleine nuit, rien que pour écouter et lire des mots!

Le thème était "la correspondance" (j'y ai consacré une note sur ce blog en février dernier).

J'ai commencé avec une assez longue introduction, m'appuyant sur une conférence de Gilbert donnée en 2000 à Maubeuge. En hommage, redonnant vie à ses mots qui se sont éteints il y a bientôt 10 ans, le 7 juillet 2006.

Pendant plus de 2 heures, les lectures se succédaient... Lettres des poilus, Sartre et Beauvoir, Kathrin Kressmann Taylor, Georges Sand, Céline, Aragon... Vers 22h30, nous avons partagé la montagne de nourriture terrestre salée et sucrée, arrosée de bon vin et d'eau à bulles, dans un brouhaha joyeux, jusqu'à minuit passé!

Ai-je quitté vraiment ma peau d'enseignant de jadis quand je me lance dans ce genre de présentation?... Je crains que non. Dans le sens noble du terme. Il n'y a pas de leçon à donner ou à recevoir, pas de jugement, pas d'obligation de réciter quoi que ce soit. Dans mes propos, pas de déclaration "ex cathedra" d'une Vérité, unique et inébranlable, de ce qu'il faut penser. Que le plaisir du partage de ce que j'aime, de ce que j'estime être de la bonne nourriture qui ferait du bien à tous. A convaincre par l'exemple...

Partager le bonheur que les grands textes nous offrent.

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #littérature, #ressenti

Publié le 8 Mai 2016

Aux Visiteur - Visiteuse de ce blog...

J'essaie de me mettre dans la peau du visiteur de ce blog... Il y a ceux qui sont fidèles depuis les débuts (Merci!), ils savent donc ce qu'ils vont y trouver. S'ils restent, c'est par consentement, qu'ils n'étaient pas trop déçus...

D'autres arrivent par hasard, souvent des réseaux sociaux, ils passent en coup de vent, parfois sans jamais y revenir. C'est le droit de la légèreté poids-plume de la blogosphère: on ne signe pas de charte de fidélité à l'entrée. L'offre est immense, pourquoi perdre son temps pour s'arrêter?

Depuis bientôt 10 ans, ce blog est devenu un peu ma maison. Un genre de "journal de bord" public. Un peu plus sélectif, un peu moins spontané que l'autre, écrit à la main dans des cahiers à spirales, journalier. Je n'ai pas "des quantités" de visiteurs mais ils sont "de qualité". Je déplore seulement le peu de commentaires que je leur inspire...

Je n'ai pas la prétention de figurer dans les têtes de classement des blogs les plus fréquentés; je ne fais pas grande chose pour ma publicité (G. m'a toujours reproché de manquer d'ambition: je le reconnais sans en être particulièrement fière).

Mon seul but est le partage des émotions, des événements petits et grands, individuels ou communs, de quelques réflexions et de souvenirs, de mon plaisir personnel des mots pour dessiner un murmure perdu dans le tintamarre...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #images, #ressenti, #tous les jours

Publié le 1 Mai 2016

Des habits neufs

Quitte à lasser mes éventuels visiteurs à la bienveillance éprouvée, je n'ai pas pu résister à l'envie de partager la vue de mon petit érable du Japon exhibant son feuillage tout neuf dans le soleil couchant...

Le retour de la douceur, même avec le fond de l'air très frais, me donne toujours une grande bouffée d'énergie! Les enfants sont repartis avec les petites qui n'ont pas pu profiter du plein air sous une fraîcheur hivernale. Mais cela n'a pas réussi à entamer notre plaisir - à Alice et à moi - de nous retrouver ensemble dans la détente et la bonne humeur! Elle chantonnait du matin au soir, ce qui est tout même signe de bien-être! Nous avons joué, fait la cuisine ensemble, lu des histoires et révisé même quelques tables de multiplication. Ne boudons pas les plaisirs des devoirs de vacances non plus!

Je retrouve le silence total, propice à quelques travaux de réflexion et surtout, les délais pressants de la préparation de l'exposition du groupe qui débutera le 2 juin!

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #jardin, #status: G-M