Publié le 31 Octobre 2013

Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944)

Difficile de choisir parmi les phrases des héros! De plus, quand ils disparaissent en vol, au-dessus de la Méditerranée, par temps de guerre... A 44 ans, après une courte vie bien remplie, devenue légende... Laissant derrière eux des textes non moins légendaires, incarnés par leur vie qui y ajoutera ainsi une aura supplémentaire.

Quand on meurt jeune, on n'entache pas son oeuvre, comme cela arrive parfois, avec des radotages filandreux de vieux gâteux, à l'infini, puisant dans les éclats de sa flamboyante jeunesse...

Difficile de choisir parmi les phrases de Saint-Exupéry, celles qui n'ont pas encore été complètement galvaudées, pour avoir été citées tant de fois et à toutes les sauces, par ceux qui souvent, ne connaissent de l'oeuvre que ces os resucés...

* "Ce pour quoi tu acceptes de mourir, c'est cela seul dont tu peux vivre." (Citadelle)

* "La contrainte te délivre et apporte la seule liberté qui compte." (idem)

* "N'espère rien de l'homme s'il travaille pour sa propre vie et non pour son éternité." (idem)

* "Je ne dirai pas les raisons que tu as de m'aimer. Car tu n'en as point. La raison d'aimer, c'est l'amour." (idem)

* "Que m'importe que Dieu n'existe pas. Dieu donne à l'homme de la divinité." (Carnets)

* "L'ordre ne crée pas la vie." (idem)

* "L'illumination n'est que la vision soudaine, par l'Esprit, d'une route lentement préparée." (Pilote de guerre)

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #citations

Repost 0

Publié le 27 Octobre 2013

Sevrage

Cela fait plus de deux semaines que je néglige mes blogs! J'avoue que l'exercice me manquait... Et ce, malgré l'immense plaisir que j'éprouve en compagnie de mes petites-filles!

Alice (5 ans et 4 jours) vient de repartir pour passer la deuxième semaine des vacances avec ses parents et sa grande soeur, quelque part au bord de la Méditerranée, j'espère, au soleil! Nous avons passé une semaine délicieuse en tête-à-tête, en grande douceur, entrecoupée des perles de rires interminables, d'exercices physiques très toniques de la boule de muscles qu'elle est, carburant à une énergie inépuisable!

Alice, c'est aussi la reine du coloriage, minutieusement exécuté, avec une infinie patience et application dans le choix des couleurs. Le dessin est souvent fourni par mes soins, à sa demande, précisé dans les moindres détails.

Parfois, pour varier les plaisirs, elle se lance dans les puzzles, en méprisant les boîtes à 50 pièces ("C'est pour les bébés!") et s'attaquant aux 80... J'admire sa patience, sa concentration, sa ténacité. Non, elle n'abandonne pas, elle va au bout des difficultés!

Depuis peu, c'est de nouveau le silence. Plus de sollicitations incessantes, du matin au soir. Je peux m'attaquer à la montagne des choses que j'ai remises à plus tard, pour profiter pleinement de sa présence.

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #status: G-M

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2013

Les pouvoirs curatifs du sourire

Je n'ai jamais eu besoin de me forcer pour sourire à la vie, et cela, en dépit d'un grand nombre d'épreuves traversées... Je dois avouer que je n'étais même pas consciente de ce don de la nature. La première qui me l'a fait remarquer était une collègue russe, plutôt "rugueuse", à la fin d'un stage linguistique où j'accompagnais des lycéens. Elle m'a glissé un petit billet d'adieu dans la main, me remerciant pour mon "magnifique sourire radieux"... Inutile de dire que je tombais de stupéfaction: je ne me posais jamais cette question!

Depuis que je vis parmi les Français, je constate l'importance primordiale du sourire (même si tout le monde dit que les Français sont moroses!). Il est comme une carte de visite que l'on met en avant, une sorte de main tendue, en guise d'accueil cordial. Un personnage public, un candidat politique augmente ses chances en possédant ce précieux sésame, tout comme il va à l'échec dans le cas contraire.

Je suis en train de lire le nouveau best-seller du dr. Saldmann, le célèbre cardiologue qui nous propose des méthodes de guérison, du moins, de soulagement de nos maux par des moyens autres que chimiques, voire même en évitant le bistouri radical. Je me rends compte que je pratiquais instinctivement certaines de ces "formules magiques" depuis longtemps... Le sourire en fait partie. Selon le dr. Saldmann, il diminue le stress, la fréquence cardiaque non seulement en nous, mais aussi dans notre entourage, comme si nous générions des ondes positives autour de nous! La bonne humeur ainsi créée est contagieuse! Alors, pourquoi se priver de cette méthode simple et gratuite?

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexions

Repost 0

Publié le 7 Octobre 2013

Lorsque je sens les vagues des obligations retardées tout près de m'engloutir, l'image en rêve d'une plage ensoleillée et presque déserte réapparaît dans ma tête... Ai-je besoin de me barricader de tous côtés par des obligations que, en grande partie, je m'impose toute seule?... Pourquoi? Est-ce par peur du désoeuvrement qui rime à mes yeux avec l'agonie, ou par simple réticence, voire incapacité de dire non à une proposition intéressante? Les deux, sans doute, mon capitaine. Oscar Wilde n'a-t-il pas dit: "Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder"?...

l'Atlantique...

l'Atlantique...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexions

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2013

Le virus du diariste...

Hier, j'ai publié une note sur mon blog hongrois (http://floramagyarblogja.blogspot.com) sur mes débuts de diariste, à Moscou, à l'âge de 22 ans... Ce n'est pas précoce. J'ai longtemps méprisé le genre, l'associant à l'adolescence boutonneuse où notre petite personne prend soudain des dimensions démesurées et des démangeaisons égotistes nous obligent à coucher nos tourments sur du papier, dans des carnets cadenassés...

Non, je n'ai jamais cédé à ces tentations jugées ridicules!

Tout a changé à Moscou: pendant une année entière, avec Marie, mon amie et "camarade de chambrée", nous avons noté ensemble sur un modeste cahier gris, parfois dans un style télégraphique, les événements du quotidien, nos émotions débordantes, nos petits flirts audacieux mais somme toute inoffensifs... Je l'ai continué seule, pendant le semestre qui suivait, à Leningrad.

Lorsque je feuillette ces cahiers, les sensations surgissent, intactes, d'un passé de plus en plus lointain. Je revois la jeune fille que j'étais, maigrichonne (si, si!), pleine d'audace extrêmement prudente, de curiosité, de soif d'apprendre... Plongée dans le bain linguistique, très peu livresque, j'absorbais la langue russe comme une éponge, je m'émerveillais avec gourmandise de sa musique, de ses tournures savoureuses...

Quant à nos flirts, malgré leur grande innocence, ils nous menaient à l'apprentissage de la vie adulte. Coups de foudre, flamboiements, souffrances et félicités, je pense que nous aimions bien plus le sentiment amoureux que les garçons qui en étaient l'objet...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #mémoires

Repost 0

Publié le 1 Octobre 2013

Questionnements...

Je me suis aperçu depuis longtemps que les questions sont plus excitantes que les réponses... Ces dernières, bien souvent, ne résistent pas à l'épreuve du temps: le monde change, nous nous transformons avec lui, nos cellules se renouvellent aussi (dans le meilleur des cas...). Comment pourrions-nous imaginer la possibilité de fournir des réponses inoxydables?...

Les questions, par contre, apportent la preuve de l'esprit en éveil, celui qui relève les zones d'ombre, les incohérences et incite à la réflexion. Il pousse à explorer les territoires peu connus ou complètement vierges. Il ne donne jamais la certitude et le contentement de soi. Se remettre en question, nous mène à l'humilité. Devant le Grand Inconnu de notre existence et de sa finalité.

Ces quelques réflexions ne nous dirigent pas forcément vers une sorte de mysticisme à peine déguisé... Peut-être même vers son exact opposé. Les certitudes en béton ne tolèrent pas le doute, la remise en question. La liberté de penser est un exercice de funambule...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexions

Repost 0