Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Flora

Trac

23 Mai 2015, 11:15am

Publié par Flora bis

Trac

Je me sens comme une collégienne avant sa première boum (comment disent-ils de nos jours? mes petites-filles n'y sont pas encore...), en proie à un trac étrange, indigne de mon âge qui frôle les frontières de la sagesse...

Inexplicable? Pas tant que ça: dans peu de temps, je m'apprête à retrouver mes anciens camarades du lycée que je n'ai pas revus depuis quelques décennies. Nous avons passé le bac en 1966.

Ils se réunissent tous les ans, au mois de mai, pour le plaisir de se retrouver. Constatés année après année, les ravages du temps leur semblent atténués, pour ne pas dire familiers. Ce qui n'est pas mon cas: partie à l'étranger depuis 1974, je n'ai assisté qu'à deux rencontres, en 1971 et au début des années 90.

Et c'est bien là que le chien est enterré. Au deuxième rendez-vous, j'ai eu un vrai choc émotionnel: je n'ai pas reconnu certains de mes camarades. Je me suis demandé si pour eux aussi, la secousse était identique. Plus de vingt ans après, je le crains. C'est ce changement insidieux et en même temps brutal que je n'arrive pas à assumer.

En moi, principalement.

J'ai donc décidé de l'affronter. Même avec le trac.

Voir les commentaires

"Istanbulu dinliyorum, gözlerim kapalı..."

9 Mai 2015, 16:37pm

Publié par Flora bis

"Istanbulu dinliyorum, gözlerim kapalı..."

Combien de fois ai-je écouté cette belle chanson de Zülfü Livaneli, propre à enfoncer le couteau de la nostalgie en plein coeur à tous ceux qui ont passé quelques années dans cette ville magique! On n'en sort pas indemnes. Istanbul vous ensorcelle, vous captive, vous séduit - sans en avoir l'air car elle vous laisse la liberté de vivre votre vie et de goûter à la sienne.

Je ne suis pas la première à essayer de déchiffrer les secrets de sa séduction, imparfaitement, restant sur ma faim, trop consciente de mes limites à saisir toutes ses facettes, en souffrance du trop-plein de souvenirs et de la douleur de leur manque...

La musique lancinante de Livaneli, ses paroles en images douces et poétiques transmettent parfaitement la nostalgie obsédante qui vous étreint, à plus de vingt-cinq ans de distance.

Istanbul fait partie des villes qui ont une atmosphère envoûtante. Elle vous engloutit dans sa fourmilière qui s'affaire en permanence et pourtant, vous n'êtes jamais perdu: vous vous sentez rapidement en lieu familier, chez vous... Vous avez vos habitudes, votre bakkal, votre kasap, votre çiçekçi, votre pazar... En même temps, l'immensité de la ville vous propose sans cesse des découvertes insolites. Partout, vous sentez le mille-feuilles de l'histoire millénaire s'ouvrir devant vous.

Et le Bosphore! Un spectacle changeant et permanent dont on ne se lasserait jamais.

Istanbul, ville magique, on ne peut guérir de son manque qu'en y revenant encore et encore...

Voir les commentaires

Flottement...

4 Mai 2015, 17:50pm

Publié par Flora bis

Flottement...

Il y a des moments où nous avons l'impression de flotter dans le temps... Les repères s'estompent: les buts que nous nous fixons habituellement, afin de donner un sens, une impulsion à notre vie, tout d'un coup, perdent leur contenance, s'effondrent, flasques, vidés de leur attrait dynamisant. A quoi bon, toute cette vaine agitation? Ne nous sommes-nous pas bercés de rêves dénués de tout fondement réel, faute de talent, de persévérance, de foi, tout simplement, en notre étoile?... Et sans elle, rien n'est possible.

Les doutes affluent, avec leurs contingences néfastes d'angoisses sournoises et on compulse son agenda à la recherche d'un numéro de téléphone rassurant. Introuvable. On recule devant l'impossibilité d'accabler quelqu'un d'autre de ce poids écrasant. De plus, on sait qu'en fin de compte, on devra y faire face seul. C'est l'unique moyen efficace, sinon, on sera toujours en quête d'assistance, de béquille. Orgueil? Timidité? Peut-être. Volonté aussi de maîtriser son destin. Du moins en cultiver l'illusion...

Voir les commentaires