Publié le 30 Mars 2017

Assurément, nous avons vécu aujourd'hui la plus belle journée du mois de mars qui touche à sa fin. Le soleil est encore au-dessus des bulbes du clocher de l'église (quel progrès, en un mois!) et bientôt retentira au carillon "Au clair de la lune, mon ami Pierrot..." précédant les sept coups.

Depuis plusieurs jours déjà, la météo nous prédit que nous sommes en train de manger notre pain blanc. Quel traitement stressant! Je ne veux pas vivre sous cette menace oppressante qui gâche la joie de l'instant! J'ai envie de m'imprégner de la chaleur du soleil sur ma joue et mes pieds nus, promener mon regard sur le jardin renaissant et multicolore. Je voudrais pouvoir oublier les lendemains qui ne chanteront pas et m'adonner à la douce insouciance du présent. Comme il y a soixante ans, quand j'étais enfant...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Repost 0

Publié le 20 Mars 2017

Dehors, temps froid et humide et pourtant, c'est le début du printemps... Du moins, dans mes souvenirs. 

Je me console en me persuadant que c'est une chance: je ne suis as attirée dehors pour capter quelques rayons de soleil, pour jardiner, pour flâner en ville, bien au contraire, je peux profiter de cette invitation au voyage intérieur pour continuer ma petite entreprise secret...

Oui, j'ai peaufiné la première page hier. Je ne sais pas si mon moteur diesel poussif arrivera au bout de ce projet ambitieux qui est en route depuis des mois. Pendant ce temps, j'ai beaucoup écrit, des centaines de textes courts que je considérais comme des exercices à la barre du danseur, des gammes du pianiste et surtout, comme des éclats d'inspiration jouissive. Ecrits à la première personne, pour la plupart du temps, comme mes propres souvenirs. Avec le désir de plus en plus pressant de créer quelque chose qui serait d'un souffle plus vaste, plus détaché de moi: de la fiction. J'ai éprouvé le besoin d'enfiler le costume de l'entomologiste pour observer les protagonistes d'une histoire qui est à la fois la mienne et qui est aussi à tout le monde. Une histoire qui parle à voix multiples, reliées légèrement entre elles comme une chorale qui chante à plusieurs en formant une voix unique...

Je n'en connais que le cadre léger, la ligne principale, la logique intime afin qu'elle tienne debout. Je l'étofferai au fur et à mesure, prenant soin d'estomper les frontières, les contours comme j'aime le faire en dessin. Garder un équilibre fragile et solide à la fois. Espérer qu'elle me réservera quelques surprises au passage...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #littérature, #réflexion, #état des lieux

Repost 0

Publié le 17 Mars 2017

Hier, miracle: 20° au thermomètre! Le ciel est une toile bleu azur tendue au-dessus de nos têtes et le soleil tendre, caressant. Impossible de tenir à l'intérieur où les radiateurs restent en alerte.

Le prunier géant des voisins est couvert de fleurs blanches minuscules mais tellement parfumées que tout le jardin est plongées dans un effluve enivrant au goût de miel ... Les draps flottent sur les fils à linge et s'imprègnent du printemps naissant.

Cela suscite une attente démesurée et irrépressible, un élan vers la vie... Nous faisons partie de cette nature toute-puissante que nous avons beau à essayer de dompter en l'esquintant au passage. Pour le moment, elle tient encore, renouvelant sa générosité. Mais pour combien de temps?...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #ressenti, #jardin

Repost 0

Publié le 13 Mars 2017

On a tellement envie d'y croire!...

Il me semble qu'à cette période de l'année, immuablement, je pousse le même cri du coeur sur ce blog. Je ne suis pas la seule... Même la nature a l'air de piaffer d'impatience derrière la chape de grisaille qui l'empêche de faire une irruption flamboyante, chaude et parfumée dans notre vie recroquevillée. 

Ce week end, la grisaille a disparu, sans doute provisoirement. Les crocus, jonquilles, violettes parsemaient le vert frais des pelouses, le chat s'étirait au soleil avec volupté. Nous le regardions, envieux: mais comment se relever  -  après?...

Ma petite-fille aînée a eu 11 ans. Je l'observe, émerveillée: comme elle change! Comme elle grandit, devenant une petite ado, avec un pied encore dans l'enfance qui se blottit contre vous cherchant de la tendresse, dans sa tête cependant, des idées de "grande" se bousculent avec celles de l'enfant qui s'éloigne...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #ressenti, #réflexions grand-mériennes

Repost 0

Publié le 6 Mars 2017

En visitant la Toile, je suis tombée sur l'initiative d'une association rennaise "L'Âge de la tortue" qui m'a séduite d'emblée. 

   Sur la photo, on voit la présentation de leur ouvrage, fruit de 3 ans de travail gigantesque: une "Encyclopédie des migrants" en trois gros volumes, au total 1782 pages... 400 témoignages en forme de lettre adressée à quelqu'un resté au pays... Ces migrants viennent de 104 pays différents. Les lettres sont publiées en leur langue maternelle et aussi en traduction française.

   Les témoins sont recrutés dans huit villes de la façade atlantique française, espagnole et portugaise: de Brest à Gibraltar. Les témoignages nous livrent leur parcours, leur déchirement, leur attachement au pays qui les a vus naître et leur intégration dans un pays d'adoption. Cela ne va pas de soi. C'est aussi un choix qu'il faut ensuite cultiver. Comme le dit une jeune femme nigérienne: un migrant n'est pas forcément "un profiteur du système" mais une source d'enrichissement économique, culturel et humain. 

  Du samedi 4 mars à 18 h, les auteurs ont fait une lecture publique non stop de l'ouvrage à Rennes. Ce marathon de 24 h sera réitéré à travers l'Europe qui a tant besoin d'entendre d'autres paroles que celles de la haine et de la méfiance...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #Les mots des autres, #état des lieux ressenti, #témoignage

Repost 0