Publié le 24 Avril 2017

   Je viens de regarder dans le détail les résultats du premier tour des élections présidentielles  dans mon département. Quasi dans toutes les communes, le FN arrive nettement en tête.

 Habileté du discours de la patronne? Ce discours au service d'une stratégie efficace pour occuper la place désertée par les partis traditionnels de gauche et pour crédibiliser le personnage de l'héritière d'un patriarche fondateur du parti d'extrême droite en porte-parole de ceux qui se sentent abandonnés de tous... 

      Pourtant, l'alerte a été donné depuis longtemps. Les crises économiques, la mondialisation échevelée qui ne profitait qu'aux plus nantis, les petites gens négligés voire méprisés, avec l'insolence de ceux qui se sentent "intouchables" car ils tiennent le haut du pavé, une Europe dont le beau rêve s'effondre devenant un instrument de plus à oppresser... La révolte maintenue en laisse avec des appâts de mauvaise qualité, du foie gras et du caviar qui n'en ont que l'air, du mousseux à la place du champagne, de l'aumône à la place de la dignité. On s'enfonce ainsi, une bière à la main, dans son canapé devant un Hanouna avilissant: au moins, on vide sa tête, en espérant que son cancer sera encore soigné quelque temps...

   Ils sont nombreux. Qui va s'occuper de leur sort?... Question rhétorique.

   Et pourtant, je ne tiens pas un discours "contre l'élite", si courant aujourd'hui. Il y aura toujours des gens avec plus de talent, plus de courage, d'inventivité que d'autres. L'ambition, pour moi est honorable si elle signifie la volonté d'aller au bout de ses possibilités (sans forcément écraser les autres). Le travail doit être rémunéré, partout, selon son intensité, son utilité ou son originalité. Il faut que la volonté, le talent, le travail puisse donner accès à ce fameux ascenseur social. Que l'éducation, la culture ouvrent les esprits vers la dignité et l'envie de s'élever.

  Utopie?...

 


 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexions, #ressenti, #souhait

Repost 0

Publié le 17 Avril 2017

   Lundi de Pâques... Du silence, un peu de soleil, le grand calme qui me manquait parfois durant les semaines précédentes mais qui devient vite pesant. En compagnie de ma petite-fille Lucie, puis avec toute la famille: rituel des vacances scolaires. Denrées périssables par l'usure du temps: un jour, les petites seront grandes et moi trop vieille... En attendant, je profite de cette peau de chagrin qui apporte tant de plaisir!

   Un merle à l'aile blessée par les chats baroudeurs des voisins a atterri sur ma terrasse, incapable de s'envoler. Il se cachait sous le vieux sapin de Noël qui attend d'être évacué à la déchetterie. Il courait très vite sur ses pattes fines, testant parfois son aile pendante, puis il se dissimulait sous les buissons. Avec Lucie, nous avons assisté, impuissantes, à ce ballet à l'issue certaine: la nuit tombait, impossible de le mettre l'abri des instincts chasseurs... J'avais l'impression de le condamner à mort.

   Sensiblerie ridicule? Probablement. Le sort des oiseaux est d'être croqués par des chats qui ne sont même pas affamés...

   Surtout s'ils ne peuvent plus voler.

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #ressenti

Repost 0

Publié le 11 Avril 2017

Un début d'avril bien rempli

   Nous sommes bientôt mi-avril... Aucun article de ma part depuis la fin de mars! Il faut dire que les jours sont bien remplis, je suppose, pour tout le monde. Avec un printemps exceptionnellement ensoleillé  -  je touche du bois!  -  la lumière nous attire dehors comme un aimant. Les rencontres amicales ou familiales se multiplient, ici ou ailleurs, avec leurs cohortes de préparatifs, rangements, nettoyages, courses, cuisine, vaisselle et rebelote... Le vrai plaisir est au milieu, dans les conversations.

   Les petites sont arrivées, des Caraïbes dans nos contrées rafraîchissantes et elles essaient d'effacer le décalage horaire, d'apprivoiser le sommeil avant la rentrée de mardi prochain. C'est toujours délicieux de les retrouver: cette fois-ci j'ai "hérité" de l'aînée de 11 ans. C'est le moment des grandes conversations, des grands tracas concernant le futur si proche, si énigmatique, si différent. Et une grand-mère semble presque omnisciente et, en tout cas disponible et imperturbable dans ces cas-là...

   Le 6 avril, nous avons eu notre soirée littéraire chez moi. Nous avons profité du passage de Sylvie Durbecq pour la convier à notre soirée, afin qu'elle présente un de ses livres ("Marseille, éclats & quartiers"). J'ai eu l'agréable surprise de voir arriver 20 personnes dont trois pour la première fois. Le plus jeune participant avait 6 ans, le plus âgé 91! On ne peut pas dire que nous ne brassons pas des générations! L'ambiance était chaleureuse, amicale: 2 h de lecture (pour ma part, j'ai présenté le poète russe Evguéni Evtousenko qui vient de mourir nous laissant l'image nostalgique et flamboyante de notre propre jeunesse. J'ai lu un de ces poèmes en russe et en traduction française.) La nourriture poétique était suivie d'une table bien garnie et nous nous sommes quittés vers minuit.

Pourvu que le soleil reste encore avec nous pour nous faire cadeau de sa force inépuisable!

Un début d'avril bien rempliUn début d'avril bien rempli
Un début d'avril bien rempli

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Repost 0