Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Flora

S'élancer...

30 Août 2014, 18:40pm

Publié par Flora bis

S'élancer...

Je relis les derniers articles de mon blog: une chape de tristesse à l'image du ciel plombé au-dessus de notre tête... Cela devient insupportable. Il faut réagir!

Comme si souvent, je fouille dans mes projets à la recherche d'une motivation qui donnerait l'impulsion pour bouger du point mort. Des projets, j'en ai plein sous le coude: embellissement de la maison et du jardin après le tsunami des travaux de cet été, préparation de notre exposition d'automne - on n'y pense jamais assez tôt -, retrouver les amis, la famille autour de petits dîners intimes où l'on peut se réchauffer corps et âme dans des conversations gaies et graves à la fois, préparation de nos soirées mensuelles littéraires et, non point en dernier lieu, retrouver le chemin de l'écriture, restée trop longtemps un désir inassouvi...

Bien sûr, l'ombre de nos chers disparus passera longtemps sur l'arrière-fond de la vie revenue... Fantômes précieux et discrets, juste avec le petit pincement douloureux de leur manque, leur clin d'oeil complice qui nous incite à poursuivre le chemin...

Voir les commentaires

Un moteur sans carburant

25 Août 2014, 20:12pm

Publié par Flora bis

Un moteur sans carburant

Dehors, 13°... Nous sommes à la fin du mois d'août, en plein été! Il pleut, inlassablement, désespérément, comme depuis plusieurs semaines, plusieurs mois déjà.

J'ai décidé de bannir le mot "espoir" de mon vocabulaire... Ce n'est pas la première fois que mes petits projets longtemps tenus au chaud, caressés par un désir ardent d'y accéder enfin - comme à un rivage ensoleillé après des périples dans la tempête: je me vois illico me débattant dans les flots en furie, alors que cela ne m'est jamais arrivé en vrai - et le Destin s'acharne à chaque fois, sans faille, à enrayer mes plans avec un malin plaisir... Si, si, je suis sûre qu'il se frotte les mains!

Pour tenter de me protéger, je décide de gommer "l'espoir" de mes pensées. Ne rien construire, ne rien prévoir, ne compter sur rien ni personne! Prendre ce qui vient.

J'essaie de l'imaginer, moi qui étais souvent plus forte à échafauder des projets qu'à les réaliser! Comment faire avancer un moteur sans carburant?...

Voir les commentaires

Jean Giono (1895 - 1970) *** Citations

15 Août 2014, 17:32pm

Publié par Flora bis

Jean Giono (1895 - 1970) ***  Citations

Qui ne connaît pas le roman "Le hussard sur le toit" (du moins le film qui en a été tiré)? L'histoire romanesque du jeune aristocrate carbonaro, Angelo Pardi, colonel des hussards en lutte contre les Autrichiens qui quitte son Piémont natal pour échouer sur les toits en blondes tuiles romaines de Manosque... Il affronte l'ennemi et l'épidémie dévastatrice de choléra, accompagné de la belle Pauline de Théus (mariée à un aristocrate de quarante ans son aîné)... Après mille aventures haletantes, leurs chemins se séparent: elle reste fidèle à son vieux mari, laissant les lecteurs à leurs regrets...

Giono l'humaniste et pacifiste reste pour moi le peintre sensuel de sa Provence natale.

* Il y a dans la sensualité une sorte d'allégresse cosmique.

* L'homme, on dit qu'il était fait de cellules et de sang. Mais en réalité, il est comme un feuillage. Il faut que le vent passe pour que ça chante.

* Quand les mystères sont très malins, ils se cachent dans la lumière.

* La mort attrape d'abord ceux qui courent.

* Imaginer c'est choisir.

* Laisse-toi vivre dans la vie sans penser que tu joues de la flûte, et alors tu joueras.

* Les joies du monde sont notre seule nourriture. La dernière petite goutte nous fait encore vivre.

(Chacun sait que les citations ne sont jamais choisies par hasard...)

Voir les commentaires

Alternatives

13 Août 2014, 10:42am

Publié par Flora bis

Alternatives

Un premier semestre très éprouvant! Dans ces moments-là, nous faisons le dos rond, en serrant les dents, nous nous mettons en apnée autant que possible, pour attendre que ça passe. Si l'astrologie était crédible, nous pourrions nous abandonner au bon vouloir des planètes, qu'elles veuillent bien régler enfin leurs désaccords entre elles et desserrer leur étau autour de nous... Notre résistance en prend un coup et nous avons l'impression d'avoir vieilli de quelques années en peu de temps.

Nous pouvons, certes, nous consoler avec l'idée que "ça pourrait être pire!" Maigre consolation... Elle nous pousse à vivre à petit feu, en veilleuse, en mesurant l'amplitude de notre respiration... En petits vieux, entre canapé et lit, se calfeutrant devant la télé, le chat sur les genoux pour seule compagnie...

Hier soir, je suis tombée sur un documentaire présentant des septuagénaires, des octogénaires fringants, sportifs ou joueurs, d'autres se remuant au rythme du rock dans une chorale à Dunkerque. Tous affirmaient la même philosophie: "Je ne pense pas à la mort! Je vis le présent, pleinement, avec les autres, pour les autres, je n'ai pas le temps de geindre!" Bien sûr, il faut bouger au lieu d'attendre dans son coin, pleurnichant sur son triste sort... Du moins, saisir toute opportunité. Tant qu'on peut.

Voir les commentaires