Ágnes Gergely (1933 - ) * Femme stérile (Meddő asszony)

Publié le 4 Février 2012

Agnes_Gergely.jpg  FEMME STÉRILE

 

Elle ne connaît pas la gestation.

Sa chair  ne s'ouvre qu'à la passion.

Dans les éclats d'instants du partage

elle en ignore le prolongement,

les étoiles lui parlent autrement,

elle trébuche, trébuche sur le méridien,

se lève puisqu'elle est condamnée à se lever  -

hors d'elle-même

et dans la nuit qui se détache comme un pétale

son image regarde et se défait.

traduit par Anikó Fázsy et André Doms

 


MEDDŐ ASSZONY

 

Nem ismeri a beléköltözést.

Húsa csak szenvedélyre nyílik.

Az osztozkodás törtperceiben

nem tud a folytatásról

másként szólítják meg a csillagok

botlik, botlik a délkörökben

fölkel, mert fölkelni ítéltetett

magából

s a sziromként leváló éjszakából

elporzó önarcképe néz.



Rédigé par Flora bis

Publié dans #traductions

Repost 0
Commenter cet article

Mu 08/02/2012 21:57

J'aime vraiment la poésie hongroise, elle sait dire des choses graves sans avoir besoin de l'image poétique, c'est courageux...Quand à la musique, j'ai toujours envie d'écouter le texte dans la
langue originelle de l'écriture, la traduction si fidèle soit-elle ne donnera jamais tout à fait l'atmosphère; Quant au sujet grave que Agnès aborde, ce qu'elle en dit rejoint la pensée que j'ai de
la poésie qui est faite des mots et du souffle quelque soit la langue dont s'est nourri le poème, il laisse les traces d'un terroir humain soumis aux mêmes exigences : laisser des traces, en créant
et pas forcément en procréant. Grâce à l'art, la vie continue malgré les blessures et les ruptures, cela permet de "se levers hors de soi-même". "Le poète doit laisser des traces non des preuves,
seules les traces font rêver." disait Char...C'est vrai qu'on aimerait en savoir plus de la vie d'Agnès, entrer dans la rencontre c'est ça qui me fait rêver. Merci Flora

Flora bis 11/02/2012 12:11



C'est une dame assez âgée maintenant, parée de nombreux prix et distinctions. 


Les poètes se comprennent-ils mieux entre eux?...



Litteratus 06/02/2012 20:37

Se lever hors d'elle-même... dure conception de la stérilité.

Flora bis 07/02/2012 19:30



Terrible et lucide à la fois...



fbd 06/02/2012 12:17

il y a aussi des femmes qui privilégient leur carrière professionnelle et celles qui "ne veulent pas déformer leur corps avec des grossesses" (sic)…

Flora bis 06/02/2012 12:28



Personnellement, je pense que c'est à chacune d'en juger... Même les points de vue aussi "égoïstes" sont respectables. On peut aussi craindre un monde futur hostile et ne pas vouloir l'imposer à
sa progéniture...



fbd 06/02/2012 10:32

A mon sens c'est aussi ce que l'on fait de sa vie qui importe, il n'y a pas que la procréation…

Flora bis 06/02/2012 11:12



C'est ce disent les femmes, la plupart du temps, quand ce n'est pas un souci, et aussi, pour se consoler...


En théorie, tu as raison, en réalité, c'est souvent un drame...



fbd 05/02/2012 19:30

aussi beau et prenant que son regard

Flora bis 06/02/2012 10:18



Terrible portrait d'une existence vaine car sans prolongement...