Délices et pièges de la blogosphère

Publié le 9 Juin 2009

   Cela faisait un bon moment que j'avais envie de tirer au clair mes sentiments envers la pratique des blogs. Phénomène planétaire, invention géniale, interactivité, créativité aux possibilités quasi illimitées  -  et beaucoup de déchets aussi concernant le niveau du langage, l'importance du sujet et l'illustration du propos. Mais c'est bien cette liberté sans bornes, sous le voile de l'anonymat ou à visage découvert, qui donne la légitimité non censurée d'être mauvais ou génial, dilettante ou professionnel, intimiste émouvant ou détaché froid. C'est une véritable explosion de l'expression individuelle, privée jusque là de la place publique ! Il faut donc accepter l'ivraie parmi les bons grains et trier vous-mêmes...
   Il y a quelques jours, j'ai lu un commentaire véhément contre les dilettantes qui s'y croient, et, après quelques vagues cours de dessin, ils affichent l'étiquette "artiste", bien visible, sans l'ombre d'un doute (qui est pourtant le signe élémentaire d'un début d'artiste véritable  -  tout comme l'humilité...). Pourquoi s'énerver ? Cela n'enlève rien à un authentique talent, le contraste le rend même plus visible pour les connaisseurs et "l'imbécile heureux" est au moins heureux  -  et ce n'est déjà pas si mal par les temps qui courent!
   Cependant, j'en arrive à l'aspect le plus "piégeux" du blog. On lance sa bouteille à la mer. Même ceux qui ne l'avouent pas, attendent un écho, un dialogue enrichissant. Des amitiés virtuelles se créent, souvent sous pseudonyme, sans quasiment rien connaître de son interlocuteur que son propos. Je suis frappée par la sincérité sidérante de quelques blogueurs, par le ton qu'ils utiliseraient rarement avec leurs proches. Est-ce plus facile sous le masque de l'anonymat ? Je débarque dans la vie virtuelle des inconnus, sans y être invité et nous devenons presque des familiers ; puis, ni vu ni connu, je reprends ma valise sur la pointe des pieds. Personne ne me reprochera mon infidélité, pas de scène déchirante... Tout est virtuel mais le piège se situe justement là.
    Lorsque nous quittons la réalité pour nous réfugier dans ce virtuel douillet, nous nous faisons facilement prendre dans cette toile-là. L'addiction s'installe. Quelques jours sans commentaires ? Le sentiment cruel de l'abandon point à l'horizon. Suis-je devenu si inintéressant que personne ne daigne s'arrêter sur mes bafouilles ? C'est aussi le danger que Imre Kertész, écrivain hongrois met en évidence dans son discours de réception du Nobel (toutes proportions gardées, bien évidemment !) : on commence à écrire en fonction de l'attente supposée d'un public virtuel. Autant dire que c'est le meilleur moyen de se tirer une balle dans le pied !
   Un seul remède : s'entraîner à garder son ego dans sa poche, rester fidèle à soi-même et le reste viendra  -  ou ne viendra pas... C'est encore une méthode de mon cher maître Epicure en personne qui donne une foule de bons conseils pour se préserver des souffrances inutiles ! Gardons les pieds sur terre parmi les amis bien réels pour partager les bons et les mauvais moments et cela n'empêchera pas les incursions enthousiasmantes sur la blogosphère !

Rédigé par Flora

Publié dans #réflexions

Repost 0
Commenter cet article

Jacques 15/06/2009 17:19

Voilà une analyse pertinente et fort bien écrite de ce que chacun peut ressentir dans ce monde si spécifique qu'est la blogosphère, vaste espace de liberté qu'on voudrait aussi d'échange, c'est sans doute pourquoi il peut paraître frustrant lorsque précisément cet échange n'a pas lieu ou pas suffisamment à son goût.
Bonne fin de journée.

Flora 15/06/2009 18:43


Lorsque ce sentiment de frustration m'effleure, je pense au simple fait que je ne suis q'une milliardième de tous les blogueurs qui lancent leurs petits signaux sur la Toile et la chance
que cela croise le mien est minime... Mince consolation : d'où ma conclusion...
Merci de la visite!


Litteratus 14/06/2009 11:25

Je suis venue chez vous grâce à Antiochus. Je vous découvre aujourd'hui dans cet article très bien écrit sur les relations virtuelles dans le milieu de la Blogosphère.Si personne ne se connaît , c'est aussi un point de vue objectif sur le travail que l'on fait qui est jugé ! je note que vous êtes spécialiste de littérature hongroise que j'affectionne... bonne journée

Flora 14/06/2009 21:31


Merci de votre visite, Litteratus. C'est vrai que l'anonymat augmente les chances de l'objectivité. Par bonheur, rares sont les insultes gratuites : si l'on n'a pas de compliment à faire, il vaut
mieux passer son chemin. Je ne dirais pas être "spécialiste" de la littérature hongroise : simplement, c'est ma langue maternelle et j'ai fait mes écoles là-bas. Bonne soirée à vous!


youngmi+soh 13/06/2009 19:39

je ne saispas pour les autres, mais je rencontre des problemes pour publier mon commentaire, ça fait deja 3 fois, la je fais un essai puis j'arrete si ça envoie pas, a moins que ça soit soumis a moderation

Flora 14/06/2009 08:54


Non, il n'y a pas de modération, mais le nouveau système d'OB cafouille...


canelle56 13/06/2009 19:02

Bonsoir Flora , c'est la première fois que je viens te lire et cela suite à l'article d'Antiochus , j'avoue que ton développement m'a beaucoup intéressée
Quand moi j' ai ouvert ce blog c'était tout simplement pour m'occuper , apporter des solutions aux problèmes qui me concernait à l'époque , oh surprise j'ai eu des commentaires chose qui j' ignorais complètement je n'avais pas pensé une seconde que ce blog pouvais être lu , il était à moi....c'était mon monde , mon chez moi , là je le reconnais une grande ignorance de ce monde en était la cause, et puis ce blog a pris de l'ampleur , pour moi tout d' abord , et pour les autres après , j'en suis toujours au stade de me faire plaisir , et le classement qui apparait ne me semble pas si juste car on regarde ce listing c'est surprenant donc j'ai décidé ne pas y faire attention Quant aux amitiés virtuelles en cas de coup dur on retrouve cette grande famille,surprenante chose.....bonne soirée

Flora 14/06/2009 08:53


Bonjour, Canelle, je te côtoye "chez" Antiochus, fidèle commentatrice. C'est vrai qu'au fur et à mesure que le blog prend de l'ampleur et que la "famille" s'élargit, on devient plus vulnérable car
on se laisse prendre au jeu... Tu dis que ton blog était simplement pour toi et que tu n'attendais pas d'écho. En ce cas, comme j'ai dit dans mon "Bienvenu...", pourquoi ne pas avoir acheté un bon
gros cahier à spirales? Du moment qu'on se rend public c'est qu'on attend une voix dans le désert... Tu as raison, fais-toi plaisir et le reste est du bonus...


youngmi soh 13/06/2009 18:52

ce propos est juste, et cela est valable pour les forums egalement...mais je dirais aussi pour