Sándor Kányádi (1929-): Avant-propos (Előhang)

Publié le 14 Avril 2011

DownloadedFile-copie-1.jpeg Sándor Kányádi, poète hongrois de Roumanie, est né en Transylvanie, au pays des Sicules, partie intégrante de la Hongrie jusqu'au traité de Versailles, clôturant la première guerre mondiale. 
AVANT-PROPOS

il y a des contrées de superbes
paysages où l'amertume
en ma bouche devient douceur
il y a des contrées tout au fond
des mots germent dans leurs prés
edelweiss sur leurs cimes rocheuses
des mots s'accrochent des mots
le ruisseau parent de mon sang
en mon coeur murmure gazouille
l'hiver pour l'abriter je gèle
son crincrin sous ma cuirasse
les sons qui font tinter la glace
printemps étés mes automnes
ma descendence mes aïeux
il y a des contrées je les porte
comme la peau sur mon corps
même tourmentés de superbes
paysages où l'amertume
en ma bouche devient douceur
il y a des contrées tout au fond
traduction: Claire Anne Magnès 
ELŐHANG

vannak vidékek gyönyörű 
tájak ahol a keserű 
számban édessé ízesül 
vannak vidékek legbelül 
szavak sarjadnak rétjein 
gyopárként sziklás bércein 
szavak kapaszkodnak szavak 
véremmel rokon a patak 
szívemmel rokon a patak 
szívemben csörgedez csobog 
télen hogy védjem befagyok 
páncélom alatt cincogat 
jeget-pengető hangokat 
tavaszok nyarak őszeim 
maradékaim s őseim 
vannak vidékek viselem 
akár a bőrt a testemen 
meggyötörten is gyönyörű 
tájak ahol a keserű 
számban édessé ízesül 
vannak vidékek legbelül

1982

Rédigé par Flora

Publié dans #traductions

Repost 0
Commenter cet article

Hécate 09/06/2011 21:20


Merci...
Lors d'une sortie en librairie je m'informerais ...Ces noms me sont totalement inconnus comme vous pouvez le penser :)
Bonsoir à vous.


Flora 10/06/2011 12:21



J'espère qu'ils ne le resteront pas longtemps!...


Bonne journée à vous!



Hécate 09/06/2011 10:40


merci Flora :)
Hier ,j'ai commencé à lire vos périples .Je reviendrais ...
Y a-t-il un roman hongrois ( traduit en français ) que vous me conseilleriez de lire ,une oeuvre que vous aimez particulièrement ?...
Bonne journée


Flora 09/06/2011 19:46



Le choix est difficile... Disons: La porte de Magda Szabó et Alouette de Dezső Kosztolányi (les 2 chez Vivane Hamy).


Merci de votre intérêt, chère Hécate.



Hécate 08/06/2011 11:24


Merci Flora ...Je vais aller lire donc .
Je suis vraiment touchée de ce hasard ...juste après mes lectures d'écrivains de votre pays natal. Très jeune ,la musique ,certains chants hongrois écoutés m'étaient très sensibles...Je me sens un
peu maladroite tout à coup :)
Bonne journée .H


Flora 08/06/2011 11:37



Surtout pas, chère Hécate!... ne vous sentez surtout pas maladroite. Je vous remercie pour la sensibilité, la résonance. J'essaie de faire découvrir la littérature hongroise à ma
petite portion congrue, tout en lui devenant infidèle dans l'écriture proprement dite...



Hécate 08/06/2011 11:03


Je constate que la poésie hongroise m'est peu connue . . .J'ai lu très récemment quelques romans de Sandor Marai après ceux de M.Banffy .Et ,je suis sensible à cette écriture toute de nuance .
Puis-je me permettre une question : La Hongrie semble avoir une place importante dans votre blog ,pourquoi ?
Bien à vous. H


Flora 08/06/2011 11:12



Simplement, j'y suis née... Et je l'ai quittée à l'âge de 26 ans, à la suite de ma rencontre avec mon mari, un Français, égaré dans notre lycée de province comme assistant de français
pour les classes où nous enseignions le français en 12 h (!) par semaine... 


La suite est racontée sur mon blog ("bribes de mémoire")



litteratus 14/04/2011 17:58


Belle découverte de ce poème d'une justesse absolue et d'une modernité à la fois avec l'usage du terme "le crincrin".
Il n'y a que la poésie pour dire tout l'attachement que l'on a au monde :
"il y a des contrées je les porte
comme la peau sur mon corps"


Flora 15/04/2011 08:28



Merci pour la résonance, chère Litteratus. Je pense faire connaître davantage ce "jeune" poète qui connaît beaucoup de succès en Hongrie depuis les années 90!