Pour la Journée des femmes...

Publié le 8 Mars 2011

Roy--Arundhati.jpg J'ai longuement hésité avant de formuler ces quelques phrases pour marquer la date. Je me méfie un peu de ces commémorations qui octroient une journée à une cause pour mieux l'oublier le reste du temps... Puis, je me suis dit que c'était une occasion à quelques fugaces réflexions... 

   Parfois, certaines personnes poussent le zèle à avancer l'idée qu'un monde dirigé par les femmes serait plus juste, plus paisible. Certes, il serait bon que les rênes du pouvoir soient mieux réparties entre les mains masculines et féminines. Mais placer autant d'espoir dans un pouvoir au féminin serait, à mon avis, illusoire. Je soupçonne la cause de ce crédit de confiance dans le simple fait qu'elles soient moins corrompues par l'exercice du pouvoir, tout simplement. Qu'elles doivent encore apporter leurs preuves dans ce domaine! Mais je doute que génétiquement, nous soyons mieux programmées à cet égard. 

   L'émancipation des femmes passe indiscutablement par leur autonomie économique. Une femme qui s'assume financièrement, par son travail surtout (je ne m'occupe pas de riches rentières), n'a pas besoin de "tuteur" pour tenir debout. Elle peut donc se respecter et exiger le respect envers elle. Du coup, la place traditionnelle de l'homme vacille: plus besoin de protecteur qui vous entretient et qui, en échange, peut avoir ses exigences. Pour qui vous remplissez le rôle de la mère irréprochable de ses enfants, de la fée du logis et du pot de fleurs décoratif à l'occasion... De plus en plus de femmes préfèrent s'assumer seules, fortes de leur indépendance acquise. Je ne suis pas de ces féministes enragées qui veulent exterminer la gent masculine pour vivre entre amazones. Je rêve d'un nouveau statut pour l'homme qui en ferait un partenaire intelligent, sans lui ôter pour autant la virilité...

dessin: portrait d'Arundhaty Roy, extraordinaire romancière indienne par R.T. (alias flora)

Rédigé par Flora

Publié dans #réflexions

Repost 0
Commenter cet article

LACHARPAGNE Claire 10/03/2011 11:30


En ce qui concerne le premier élément du nouveau statut de l'homme dont tu dis rêver, je te trouves vraiment très très utopiste! Claire


Flora 10/03/2011 12:41



Peut-être... Mais nous avons mutuellement besoin l'un de l'autre. Et puis, entre nous, les femmes sont-elles si irréprochables?...


Ce combat nous attend aussi. N'est-ce pas les mères auront une part de responsabilité dans l'éducation des garçons? Quant à moi, je passe le témoin... 


Merci, Claire, de ta visite.



mich 09/03/2011 22:28


merci pour "Arundhati Roy" dont je note ici un intéressant propos":
"Il faut se servir de sa liberté, sinon on vous la reprendra !"
http://culture.revolution.free.fr/critiques/Arundhati_Roy-Le_Dieu_des_Petits_Riens.html
Elle a choisi de rester vivre à Delhi et elle a déclaré au Monde (21 décembre 2002) : « Je ne peux pas aller m'acheter une vie ailleurs. Ce n'est pas parce que j'adore l'Inde, mais je fais partie
de la biodiversité, avec les oiseaux ou les poissons. Et puis, là où je vis, il est important d'être un hooligan, un citoyen qui dérange. Il faut se servir de sa liberté, sinon on vous la reprendra
! »

Après avoir lu ceci http://fr.wikipedia.org/wiki/Arundhati_Roy
je vis cela: http://www.monde-diplomatique.fr/2004/10/ROY/11569
Décidément, c'est une jeune femme très intéressante.
Que de richesses inconnues dans ce vaste (petit) monde qu'est la Terre!

Joli dessin - le vôtre là. (Ce n'est pas de la flatterie pour me racheter de mes humeurs inappréciées, mais un point de vue sincère.)


Flora 10/03/2011 12:35



Elle est l'auteur d'un unique mais extraordinaire roman : Le dieu des petits riens, d'inspiration finement autobiographique. Elle n'a plus écrit de la fiction, se consacrant à des
combats essentiellement environnementaux. Ce n'est plus une si jeune femme... 



rhumel 09/03/2011 14:05


Szívesen jövök ide is, a nyelvi nehézségek nem számítanak, élvezem a rajzaidat és mindig örülök, ha magyar verset, fordítást láthatok itt Nálad.
Az Apró Dolgok Istene a magyar cím, meg fogom keresni és elolvasom egyszer, ha épp időmilliomos leszek:)


Flora 09/03/2011 19:50



Mindig szívesen látlak, ha jössz! A nyelvet meg bizonyára nem is olyan rosszul bírod, családi gyakorlattal!


A regényt feltétlenül olvasd el, ha lesz rá alkalmad! Jó vastag!



rhumel 09/03/2011 06:25


Kedves Flora, ez a nőnapi illusztráció talán még találóbb és mélyebb rétegeket is megláttat, mint a magyar blogodban "meztelen" valóság:)
Az arc, a mindent sejtető, elmesélő, a női sors és női lélek finom rezdüléseit, szinte (férfi számára) kiismerhetetlen sokszínűségét megmutatja.
Gratulálok, ez nekem nagyon-nagyon tetsző alkotásod!


Flora 09/03/2011 10:30



Kedves Endi, nagyon örülök, hogy itt is meglátogatsz! Az arc minden érdeme Arundhaty Roy indiai írónőé, aki írt egy egyetlen és csodálatos regényt : "Le dieu des petits riens" (franciául
olvastam). Bevallom, nagyon szerettem megrajzolni az arcát... Majd a magyar blogomra is felteszem...



Mu 08/03/2011 22:59


Pourquoi chercher à tout prix à remplacer une prison par une autre ? Peut-être, cherchons seulement la douceur et reconnaissons cette différence fondametale entre Celui qui a le don de vie et Celle
qui en est dépositaire pour vivre. Amour à égalité totale dans cette différence, sans fusion ni séparation !
Bisous à toi, Chère Flora et à toutes les femmes (les hommes ce sera un autre jour !).


Flora 09/03/2011 10:26



Merci de ta visite, ma chère Mu. Je ne discuterais qu'un seul point: "Celui qui a le don de la vie..." et donc "Celle" qui n'en serait qu'un humble réceptacle... Alors qu'entre
nous, elle fournit l'autre moitié du futur foetus et tout le carburant pour la suite... Sinon, entièrement d'accord avec ton message oecuménique!