Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Flora

Yvette Moret, une vie de sage-femme au siècle dernier (extraits) 6.

17 Mai 2013, 16:27pm

Publié par Flora bis

Yvette Moret, une vie de sage-femme au siècle dernier (extraits) 6.

Les plus spectaculaires de mes clients étaient les gitans. Ils vivaient dans des roulottes, souvent, ils étaient de passage. Les hommes étaient des durs, avec tout le monde et surtout avec leur femme: il ne fallait pas qu'elle crie! Une nuit, je reçois un coup de téléphone d'un homme dont la femme était sur le point d'accoucher. Comme ils n'avaient consulté personne, je lui conseille de s'adresser au médecin du coin, car je ne voulais pas prendre de risque. Il dit que le médecin ne veut pas se déplacer et que si je refuse et qu'il arrive quelque chose à sa femme, ce sera de ma faute. Je finis par lui demander où il habite.

- Dans une roulotte, dans le bois.

Mon mari s'inquiète:

- Tu ne vas quand-même pas y aller à deux heures du matin, toute seule, dans le bois!

J'y vais, je trouve la roulotte. Dans le fond, sur la paillasse du bas, il y a les gamins. Au-dessus, une planche pour la paillasse des parents. Pour y accéder, accoucher la femme allongée sur la planche, il fallait grimper sur une caisse. Les enfants sont tous en-dessous. C'était son vingt et unième... Tu es sur ta caisse et tu sens toutes les petites mains qui te chatouillent les chevilles! On avait un mal fou pour avoir de l'eau. J'attends qu'elle ne saigne plus, je lui fais une piqûre et, avant de m'en aller, je dis à l'homme:

- Ce n'est pas tout, mais cet enfant, il faut le déclarer demain matin. Et moi, je reviendrai.

- Comment ça, vous reviendrez?

- J'ai l'habitude de revenir le lendemain et j'entends que vous soyez là.

Je suis revenue, effectivement, l'enfant avait été déclaré, mais ils ne m'ont pas payée. Un an après, on m'appelle en disant que quelqu'un m'attend. C'était lui. Il me dit:

- Vous avez accouché ma femme l'année dernière, je voudrais vous payer.

Ce qui m'a surtout fait plaisir c'est qu'il a ajouté:

- Je tenais à vous payer car personne ne s'est occupé de ma femme comme vous.

Moi, j'estimais qu'on devait les mêmes soins à tous. J'ai pris les nouvelles de l'enfant. Il allait bien, il commençait à marcher. La mère, entre temps, en avait eu un autre, un vingt-deuxième...

(la suite)

Commenter cet article