Articles avec #tous les jours tag

Publié le 27 Janvier 2017

      Voilà, le café est bu, son effet attendu me sortira de la somnolence du début d'après-midi, privilège que je m'accorde en compensation d'un sablier qui se vide... C'est le deuxième de la journée; il me donnera de l'énergie et de l'inspiration jusqu'au soir. A chacun sa drogue...

   Il suffit de laisser tourner les pensées autour du liquide noir que je déguste lentement, gorgée après gorgée, à la bonne température: moins que brûlante, cependant bien plus que tiède... Sans l'hérésie du lait ajouté, ni du sucre qui lui ôterait son petit goût amer se prolongeant agréablement dans la bouche.

   Pourtant, il a fallu quelques efforts, pour que j'y prenne goût. Comme à la première cigarette: il est rare que l'on trouve la chose d'emblée irrésistible! Je pense même que j'ai toujours préféré à son goût son effet "coup de fouet"... sans être masochiste!

   Je bois du Nescafé. Je sais qu'aux yeux des vrais connaisseurs, c'est une autre hérésie. J'y ai pris goût étudiante: il était plus facile de réchauffer un peu d'eau que d'avoir sa machine à café. En Russie, le café était rare: tout le monde buvait du thé, en quantités astronomiques. Plus tard, dans la salle des profs en Hongrie, nous buvions des espresso à l'italienne, à la vapeur, dans des tasses minuscules, très denses, très forts, aux effets fulgurants. Il va de soi qu'au début, le café à filtre de ma belle-famille en France me faisait l'effet de somnifère...

   L'Algérie et la Turquie... Le café est serré, bouilli, il oblige à l'attente, à ce que le marc se dépose au fond de la tasse. Temps propice à la conversation, si capitale, et la tasse renversée peut même révéler les secrets de l'avenir...

   Et maintenant... Le matin, dans un état semi-comateux, en pyjama et robe de chambre, je descends les dix-huit marche qui mènent à la cuisine. J'ouvre les volets sur le jardin dénudé d'hiver et je constate que le ciel est une fois de plus gris et bas. Le geste d'allumer la flamme sous la bouilloire est déjà la promesse du petit noir qui me sortira de ma torpeur! Je prépare la  tasse du matin qui attend, rouge pimpant, en directe de Rome, cadeau des enfants. Je verse l'eau à peine frémissante et, la tasse à la main, je pars vers l'ordinateur qui m'attend, fenêtre ouverte sur le monde entier!

  C'est ma routine quotidienne matinale, à peu de variations de près.

   

   

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #ressenti, #réminiscences, #tous les jours

Repost 0

Publié le 8 Mai 2016

Aux Visiteur - Visiteuse de ce blog...

J'essaie de me mettre dans la peau du visiteur de ce blog... Il y a ceux qui sont fidèles depuis les débuts (Merci!), ils savent donc ce qu'ils vont y trouver. S'ils restent, c'est par consentement, qu'ils n'étaient pas trop déçus...

D'autres arrivent par hasard, souvent des réseaux sociaux, ils passent en coup de vent, parfois sans jamais y revenir. C'est le droit de la légèreté poids-plume de la blogosphère: on ne signe pas de charte de fidélité à l'entrée. L'offre est immense, pourquoi perdre son temps pour s'arrêter?

Depuis bientôt 10 ans, ce blog est devenu un peu ma maison. Un genre de "journal de bord" public. Un peu plus sélectif, un peu moins spontané que l'autre, écrit à la main dans des cahiers à spirales, journalier. Je n'ai pas "des quantités" de visiteurs mais ils sont "de qualité". Je déplore seulement le peu de commentaires que je leur inspire...

Je n'ai pas la prétention de figurer dans les têtes de classement des blogs les plus fréquentés; je ne fais pas grande chose pour ma publicité (G. m'a toujours reproché de manquer d'ambition: je le reconnais sans en être particulièrement fière).

Mon seul but est le partage des émotions, des événements petits et grands, individuels ou communs, de quelques réflexions et de souvenirs, de mon plaisir personnel des mots pour dessiner un murmure perdu dans le tintamarre...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #images, #ressenti, #tous les jours

Repost 0

Publié le 25 Mai 2013

Surprise du matin

Ce matin, vers 9 heures, on a sonné à la porte. Coup d'oeil sur la rue: une camionnette blanche stationne sur le terre-plein et le livreur me fait signe: un colis pour moi.

Qu'y a-t-il dans le carton de presque un mètre de haut? "Une fleur pour vous", dit-il, "signature, s'il vous plaît."

A cet instant, l'idée m'effleure (sans jeu de mot) que demain, c'est la Fête des Mères.

Le fait d'être mère continue à relever pour moi d'un miracle inouï, de l'événement sans doute le plus important de ma vie. Car le sens principal de celle-ci n'est-il pas de se prolonger, de se perpétuer après notre disparition pour qu'elle ne soit pas vraiment une mort? Donner la vie est probablement l'acte de création suprême à mes yeux. Pourtant, j'ai parfois la prétention de me frotter à certaines de ses formes, à l'écriture, au dessin.

Et encore, vous ignorez que je sais tricoter et broder aussi, dis-je à la foule de mes admirateurs ébahis!...

Voir les commentaires

Rédigé par Flora bis

Publié dans #tous les jours

Repost 0