"Polisse" de Maïwenn Le Besco

Publié le 21 Octobre 2011

polisse-la-chronique_102102_w460.jpg Nous sortons du film sonnés... Il a été attendu: son Prix du Jury à Cannes, l'émotion échevelée de la réalisatrice à la réception de sa récompense, le sujet sensible et la brochette de bons acteurs dont JoeyStarr qui se révèle dans un rôle en or  -  pour toutes ces raisons, le film atteint son public. Maïwenn à 35 ans a déjà deux autres films à son actif dont Le bal des actrices remarqué.

   Je me suis dit que j'essaierais d'être aussi objective que possible: il y a bien le parti pris manifeste de la réalisatrice pour ce groupe de flics au grand coeur, quasi irréprochables, de véritables héros dans la jungle d'une société à la dérive dont ils côtoient sans répit la manifestation la plus abjecte, la pédophilie... Finalement, je me suis retrouvée prise dans le tourbillon des séquences courtes, filmées à un rythme rapide, l'insoutenable parfois allégé par le fou-rire plus nerveux que détendu... Certains reprochent à Maïwenn de s'offrir le rôle de la photographe, témoin de moins en moins neutre, et une une histoire d'amour en prime avec JoeyStarr, flic au coeur écorché vif. Je n'ai pas envie de faire la fine bouche. Maïwenn dit qu'elle a dû beaucoup édulcorer le scénario qu'elle devait soumettre à la DDASS pour pouvoir tourner avec des jeunes enfants, elle qui aime filmer de façon très spontanée, pas trop écrite à l'avance. Les acteurs sont tous excellents. Le constat sur l'état de notre monde dont la Brigade de Protection des Mineurs écume un aspect hypersensible est très lourd. A la violence ouverte ou sournoise, nauséabonde, exercée sur des mineurs, ils y sont confrontés journellement, dans toutes les couches de la société, dans les milieux feutrés, protégés aussi bien que chez des clandestins, en passant par des adolescents totalement anesthésiés par la pornographie ambiante. De même que sur le spectateur, cette violence finit par peser sur eux d'un terrible poids. Leur tâche semble insurmontable, un travail de Sisyphe...

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexions

Repost 0
Commenter cet article

André 25/10/2011 17:41


Bravo pour cette analyse très objective.
@+


Flora bis 25/10/2011 18:16



J'ai essayé de l'être, dans un cas où les passions pour et contre se déchaînent!


Merci, André.



fbd 24/10/2011 13:39


J'ai aussi entendu une critique au sujet de ce film, notamment au sujet de ces expériences si lourdes qui ne peuvent être partagées, qui doivent isoler… ça me rappelle un film avec Al Pacino, dans
le rôle d'un ancien flic (mais je ne sais plus le titre)
Il parait que dans "Polisse" on voit un policier pleurer devant une victime, mais les policiers disent que c'est un peu édulcoré, ils ne le font pas - ou évitent de faire-
Bise à toi


Flora bis 25/10/2011 18:24



Très contente de ta visite, chère Françoise! Ca se passe bien, pour les expos?


J'ai vu le film avec Al Pacino si c'est de "Scarface" dont il s'agit. Très fort!


Pour Maïwenn, j'ai vu des critiques avec avis préconçu, des approximations...


P.ex. Dans Nouvel Obs': les super-héros embarquent une mère dans la rue, pressentant qu'elle est abusive, rien que sous prétexte qu'elle a donné un sandwich au goûter à son gamin...
Faux: ils l'interpellent car elle est en train de secouer son bébé de quelques mois qui pleure! Etc., etc...



Michel Cristofol 23/10/2011 11:03


Un film à éviter et à la sortie duquel l'on est ravi de revoir la lumière du jour dans l'espoir qu'elle serve d'antidote à ce mélange de narcissisme et de voyeurisme. Ce n'est pas moi qui le dit,
mais le journal " Le Monde " et c'est bien la raison pour laquelle je m'abstiendrai encore une fois d'aller voir un telle production.


Flora bis 23/10/2011 21:08



"Narcissisme"et "voyeurisme" : je n'ai pas trouvé ces péchés rebuants dans le film... J'ai vu aussi quelques critiques négatives auparavant, notamment dans le Nouvel Obs' qui était d'ailleurs
partagé entre enthousiasme et "fine bouche". Moi, j'ai préféré jugé par moi-même mais personne n'est obligé de me suivre!...


Amicalement.



litteratus 22/10/2011 18:34


Un film au contexte lourd...


Flora bis 23/10/2011 21:11



Un sujet lourd traîté avec infiniment de pudeur, justement. 



José Le Moigne 22/10/2011 00:49


Travail de Sisyphe qu'il faut faire néanmoins sans se poser trop de questions.


Flora bis 22/10/2011 09:25



Parfois, on doit avoir du mal à se blinder dans certaines professions...


Bon wek end, Ami.