Oeuvre de Gilbert * Le déchant (roman, extrait)

Publié le 20 Novembre 2010

Le-Dechant.jpgCurieusement, pour La Mer, jamais sa fantaisie ne l'aiguille vers des paysages marins ou des évocations liquides. Peut-être parce que l'oeuvre est née au coeur de la Bourgogne. La chambre sort de la mémoire en infimes accessoires : inégalités du parquet, fissure tel un profil au nez droit et au menton aigu, angle plus sombre au-dessus de la porte, fraîcheur de fin d'automne, odeur d'imprimerie. Les harpes, la trompette, le cor anglais installent les éléments, puis le hautbois et le violon que l'orchestre accompagne en une brusque grimpée.

   Sur la fenêtre peinte, à laquelle Isabelle fait face, les pans de popeline noire font place à un rideau blanc rehaussé de broderies beiges au point de croix et le bureau dispose ses objets, sous-main marron, boîte de crayons, règle métallique, coupe-papier au manche en forme de palme, pile de feuilles vierges et dossiers empilés, les étiquettes sur les tranches. Christian était ennemi du désordre.   

A l'appel de la flûte, le soleil bas frappe les étagères en un rayon inexorable. Les violoncelles glissent sur les alignements. Les cuivres déploient leur majesté aromatique. Les murs se tendent d'un papier vert pomme, espace promis à un entrecroisement de lignes grises. Dans un de ces panneaux se découpe la porte, peinte de la couleur des segments qui referment l'horizon. Du plafond descend l'abat-jour de paille. Sur un plancher se tissent dix-huit cercles de laine, dans tous les tons de brun, qu'interceptent des losanges bleus. Derrière son dos, se matérialise un lit, draps soigneusement pliés, couverture et oreiller volumineux à en devenir indécent. Les Fleurs du Mal veillent sur la table de nuit. (...)

extrait du roman Le Déchant, éditions Nestiveqnen 2005

Rédigé par Flora

Publié dans #Gilbert

Repost 0
Commenter cet article

Cat 23/11/2010 17:57


J'aime les descriptions en littérature et celle-ci est parfaitement ciselée!


Flora 24/11/2010 13:10



Il aimait bien ciseler, c'est sûr...



La Merlinette 23/11/2010 12:15


ça me rappelle la scène de la "soirée lépreux"...


Flora 24/11/2010 13:09



De bons souvenirs...



litteratus 21/11/2010 16:51


La correspondance entre la musique et la poésie !


Flora 21/11/2010 19:37



Parfois si difficile de la saisir avec des mots...



kinzy 20/11/2010 17:07


Comme un metteur en scène , il a placé ses élements avec une sensibilté féminine et je ne peux qu'apprécier.
Bô week end ma chère Flora


Flora 21/11/2010 09:05



Peut-être parce que le personnage principal est une femme, violoniste, Isabelle qui écoute des morceaux de musique pour reconstruire son passé et les personnes qui le peuplait.


Amitiés, ma chère Kinzy, passe un beau dimanche avec ton Ulysse.



José Le Moigne 20/11/2010 12:20


J'aime beaucoup. Inutile de me dire. Le début des années 2000 a été dure. Gilbert me manque comme me manquent Zobel, Mongo Beti, Césaire. Je sais que tu comprends.
Amitiés
José


Flora 20/11/2010 12:37



Bien sûr que je comprends : quand notre mémoire commence à être plus peuplée que notre quotidien...


Amitiés, cher José : R.