Miklós Radnóti : Marche forcée (Erőltetett menet)

Publié le 17 Décembre 2009

Un des derniers poèmes de Radnóti, deux mois avant sa mort. L'espoir ne le quitte pas de survivre et de retrouver les scènes devenues idylliques du temps de la paix...
Il faut aller au bout de la ligne, à chaque fois, malgré la "déchirure" du milieu...


MARCHE FORCEE

Bien fou celui qui, tombé                  repart et marche avec nous,
qui meurt, errante douleur,                  ses chevilles, ses genoux,
mais lui se remet en route           comme un que porte des ailes,
rester, il n'ose le faire,                            en vain le fossé l'appelle,
si l'on demandait pourquoi,                          peut-être parlerait-il 
de la femme qui l'attend,                 d'un beau trépas plus subtil,
mais c'est encor, le crédule,                  être fou : depuis le temps
sur nos maisons ne circule                 que le vent, le vent brûlant,
les murs ne sont que décombres,      le prunier, brisé, n'est plus,
d'horreur, la nuit familière                est comme un monstre velu.
Que ne puis-je y croire encore !       Ce n'est plus qu'un souvenir,
ce qui fait le prix de vivre,                              la maison où revenir,
notre vieille véranda                               si fraîche où l'abeille rôde
où refroidissaient les pots             tout remplis de reines-claudes,
les derniers feux de l'été,                les fruits nus qui se balancent,
les vergers ensommeillés                              de soleil et de silence,
Fanny qui m'attend si blonde                sur la rousseur de la haie;
à tracer de lentes ombres                                 s'attarde la matinée -
oh oui, c'est possible encore !                La lune est si ronde ! Ami,
attends-moi ! Crie après moi !                Je me relève, et je te suis !

                                                                  
Bor (en Serbie) 15 septembre 1944
                                                                                  traduction: J-L Moreau

ERŐLTETETT MENET

Bolond, ki földre rogyván               fölkél és ujra lépked,
s vándorló fájdalomként               mozdít bokát és térdet,
de mégis útnak indul,               mint akit szárny emel,
s hiába hívja árok,               maradni úgyse mer,
s ha kérdezed, miért nem ?              még visszaszól talán,
hogy várja őt az asszony               s egy bölcsebb, szép halál.
Pedig bolond a jámbor,               mert ott az otthonok
fölött régóta már csak              a perzselt szél forog,
hanyadtfeküdt a házfal,               eltört a szilvafa,
és félelemtől bolyhos                a honni éjszaka.
Ó, hogyha hinni tudnám :                nemcsak szivemben hordom
mindazt, mit érdemes még,              s van visszatérni otthon,
ha volna még! s mint egykor               a régi hűs verandán
a béke méhe zöngne,                míg hűl a szilvalekvár,
s nyárvégi csönd napozna               az álmos kerteken,
a lomb között gyümölcsök               ringnának meztelen,
és Fanni várna szőkén               a rőt sövény előtt,
s árnyékot írna lassan               a lassu délelőtt, -
de hisz lehet talán még !               a hold ma oly kerek !
Ne menj tovább, barátom,              kiálts rám ! s fölkelek !
 

Rédigé par Flora

Publié dans #traductions

Repost 0
Commenter cet article

fbd 22/12/2009 19:11


Tragique… pourtant je m'accroche à cette évocation de reine-claude mûrissant au soleil…


Flora 22/12/2009 20:56


C'est exactement cette nostalgie du paradis perdu qui serre le coeur : comme les paradis perdus en général, c'est quand ils sont perdus qu'ils nous attirent irrésistiblement; ces choses
banales en temps de paix, l'eau qui coule du robinet ou la lumière qui jaillit des interrupteurs, une maison chaude ou le ventre plein... 


mich 19/12/2009 18:58


Bonjour et proposition de réponse au dernier commentaire: partition de l'hymne hongrois
il faut noter sur google : "magyar himnusz kotta"
http://images.google.fr/images?hl=fr&q=magyar%20himnusz%20kotta&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wi

Ce site permet de télécharger des extraits de partition:
http://digitalis.kotta.info/fr/product/D91401/ERKEL-FERENC-Himnusz

texte hongrois et français: http://fr.wikipedia.org/wiki/Himnusz
d'autres précisions en hongrois:
http://hu.wikipedia.org/wiki/Magyarorsz%C3%A1g_himnusza


Flora 19/12/2009 20:44


Merci, Mich, d'avoir répondu pour moi : je n'avais pas de réponse concrète.


cathy 19/12/2009 14:14


bonjour!
Je suis tombée sur ton blog en cherchant la partition de l'hymne hongroise.
D'après ton blog si j'ai compris que tu es hongroise ou d'origine hongroise. Moi je suis d'origine hongroise j'ai grandie en Hongrie du côté de Veszprém. si possible j'aimerais te demander quelques
services, je ne sais pas si tu as été à l'école la-bas, j'aimerai trouver la partition de l'hymne nationale hongroise. sa fait quelques jours que je cherche mais impossible de la trouver. Attendant
ta reponse, je te souhaitant de très bonnes fêtes!


Mu 19/12/2009 10:31


C'est bien cela que j'entendais par le souvenir et la vieille laine, se relever de la mort, la mort inéluctable de l'homme, pire encore lorsqu'elle lui est donnée par l'homme. Il y a dans ce poème
une vraie espérance puisque Miklos écrit encore pour nous aujourd'hui et que son poème n'a pas pris une ride, ni dans le souvenir de la beauté, ni dans la cruauté de l'homme. Beauté salvatrice ?
Mal nécessaire ? Poème,en tout cas faisant vivre une langue qui remue les coeurs ! Mu


Flora 19/12/2009 20:45


Hélas, il ne s'est pas relevé de cette dernière chute, mais ses textes continuent à vivre plus que jamais...


Mu 19/12/2009 09:49


Bonjour Flora, ce poème me saisit dans le froid de l'hiver et dans une énième chute que j'ai fait, hier à Paris ! Il y a dans ce poème une douce chaleur d'endormissement, un goût de frutis sucrés
et la déchirure comme une vieille laine qui fait aimer encore et se relever dès l'entente d'un cri de voix reconnue. Pour moi, c'est aussi l'Ardenne et Rimbaud et Verlaine et Celui qui a crié pour
que je me relève bien que tombée, sans cesse ! Merci Miklos, merci Flora pour cette Belle Espérance de Noël qui vient percer la neigne et fleurir entre les pierres ! Mu


Flora 19/12/2009 10:05


Sauf que pour lui, la "marche forcée" était une "vraie", de camp de travail en camp de travail, épuisé de faim, de froid et d'affaiblissement général... et qui se termine par une balle dans la
nuque. Les images idylliques de la paix, de l'été resurgissent pour lui donner envie de résister à l'épuisement physique et morale.
Belles fêtes pour toi, chère Mu!