"Éloge de l'amour"

Publié le 21 Novembre 2009

   Je viens de terminer la lecture du petit livre de dialogue entre Alain Badiou et Nicolas Truong : Éloge de l'amour, paru récemment aux éditions Flammarion, dans la collection "Café Voltaire".
   C'est une phrase résumant l'essentiel du livre qui m'a arrêtée net, qui m'a fait courir au Furet pour le trouver et pour finir, qui me l'a fait dévorer sur le champ.
"L'amour, c'est ce qui transforme le hasard en destin."
   Cette phrase agit comme un catalyseur, et, à partir d'elle, toute une réflexion se déclenche dans votre tête. Comment avez-vous vécu cette expérience primordiale de votre vie ?
Forcément. (comme dirait Marguerite D.)
   Badiou plaide contre la promesse toute commerciale de "l'amour  -  assurance tous risques" que veulent vous vendre les "mythiques" sites de rencontre qui prétendent vous fournir tous les critères de choix afin de vous assurer le bon... Aboutir à un amour "risque zéro" est la proposition d'un monde libéral à outrance, avec ses contingences sécuritaires où l'amour devient une marchandise sous garantie comme une autre...
   Le hasard non programmé de la rencontre vous ouvre, tout d'un coup, la possibilité d'une expérience du monde à partir de Deux, et non pas à partir de l'identité singulière de Un. L'amour avec la promesse de l'éternité  -  car, du moins au départ, nous visons tous l'éternité...
   Les oeuvres littéraires traitent majoritairement la rencontre, la promesse, et très peu la construction dans la durée. Et pourtant, c'est cette dernière qui constitue la véritable (é)preuve de l'amour.
   Je me suis toujours demandé pourquoi la déclaration d'amour (envers moi ou moi envers l'autre) avait toujours été une épreuve aussi dure. Eh bien, Alain Badiou m'éclaire : "La déclaration d'amour est le passage du hasard au destin, et c'est pourquoi elle est si périlleuse, si chargée d'une sorte de trac effrayant. (...) Elle signifie justement le passage d'une rencontre hasardeuse à une construction aussi solide que si elle avait été nécessaire."
   
   

Rédigé par Flora

Publié dans #réflexions

Repost 0
Commenter cet article

Michel Cristofol 06/10/2011 22:19


Comme le disait Saint-Exupéry : " S'aimer, ce n'est seulement se regarder dans les yeux, mais regarder ensemble dans la même direction ".


Flora bis 07/10/2011 12:09



Ah, c'est la grande affaire de notre vie (du moins la mienne...)!



Mu 07/12/2009 22:43


Héroïque...Comme Don Quichotte !


Mu 02/12/2009 21:25


Mon petit grain de sel ! Le hasard c'est brumeux, le destin c'est héroïque. L'amour est indicible dans la solitude de nos mots humains.Dès la rencontre, ces mots prennent sens, ils s'engagent,
c'est toujours une question de vie ou de mort, l'essentiel est de croire que l'amour est plus fort que la mort, que tout être est mortel et de laisser la porte ouverte sur l'éternité !


Flora 03/12/2009 12:05



Merci pour le grain de sel! 
Le destin est-il toujours héroïque?... Pas souvent. Ou alors, c'est l'héroïsme au quotidien... 



Nadège 01/12/2009 16:00


Moi j'ai le sentiment que l'on aime de façon différentes selon les personnes que l'on rencontre. C'est un sentiment protéiforme, parfois doux, parfois douloureux mais toujours à visage humain.


Flora 01/12/2009 16:57


Ta réponse est très originale, Nadège; pour tout dire, je n'y ai jamais pensé... J'étais persuadée que la couleur de l'amour dépend de la personne qui le porte... Mais ça vaut la peine de faire le
tour de ta proposition!


charlotte.e 25/11/2009 19:28


Rien d'exaltant. Je parlerai plutôt de dur labeur.


Flora 26/11/2009 10:55


De fait, je pense que notre parcours, notre tempérament influencent notre jugement. Merci de votre passage.