De l'art contemporain...

Publié le 20 Mars 2012

Redon araignée souriante Il y a quelques jours, je suis tombée sur l'intervention d'André Comte Sponville au Salon de l'Art contemporain de 2009. D'entrée, il remet en cause l'appellation même: autrefois, on disait "beaux-arts". Fallait-il effacer la beauté? Pourquoi les galeries (= le commerce, la spéculation) ont-ils instauré leur diktat au détriment des critiques d'art? Comte Sponville affirme que, contrairement aux sciences, la notion du progrès relève du non-sens dans le domaine des arts. Un artiste n'est pas plus avancé dans la hiérarchie des valeurs simplement parce qu'il est né quelques siècles plus tard. Ainsi, Leonardo da Vinci reste un génie et Daniel Buren est nul, même s'il est plus "moderne".

   Parfois, cela fait du bien d'entendre des propos iconoclastes. Depuis les critiques virulentes contre les impressionnistes, nous sommes tous devenus très prudents avant de descendre en flamme une oeuvre qui, à nos yeux, frise le simple ridicule, la supercherie ou la provocation... Qui ose affirmer à haute voix: "L'empereur est nu ! "?...

   Cependant, je serais beaucoup plus réservée à balayer tout l'art moderne d'un revers de main. Si la chronologie n'établit pas une hiérarchie de valeurs, elle influe sur le mode d'expression. Il est difficilement imaginable de peindre ou sculpter au 21e siècle de la même façon qu'au 15e. L'art se nourrit de son époque, de la sensibilité de celle-ci. De nos jours, les bouleversements surviennent avec une rapidité et une radicalité inouïes: ce qui aurait mis auparavant un siècle à arriver, passe avec fulgurance en une décennie à peine. Pour moi, l'art moderne reflète cet état d'esprit déstabilisé en permanence de notre époque, en recherche perpétuelle de repères...

   L'ennui est que dans le brouhaha des affrontements entre "réactionnaires" et "modernes", le simple quidam qui aimerait comprendre, trouve relativement peu d'arguments concernant les critères qui permettraient de juger la qualité d'une oeuvre. Le goût seul ne suffit pas. Je peux reconnaître la valeur d'un artiste qui ne m'est pas proche. (Par contre, il est improbable qu'un autre me plaise alors que je le jugerais mauvais...) Derrière le succès, on soupçonne les spéculations des galeries omnipotentes, faiseuses et défaiseuses de génies plus ou moins éphémères, et beaucoup de snobisme des acheteurs. (Respect à l'exception!) Ne boudons pas notre sensibilité. Pour moi, l'art est éminemment sensuel: en premier lieu, il doit s'adresser à mes sens et non pas à mes capacités de "conceptualiser" la démarche tortilleuse de l'artiste. Plus une oeuvre nécessite de liasses de feuilles d'explication, plus elle me fait fuir!   

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexions

Repost 0
Commenter cet article

fbd 31/03/2012 12:28

oh c'est le printemps ici! une nouvelle livrée!
Si tu te procures le livre, tu verras, ça décape…

Flora bis 01/04/2012 12:09



De temps à autres, on a envie de refaire le déco!


Je vais essayer de l'avoir sur le Net. J'espère qu'il donnera quelques pistes...



fbd 30/03/2012 14:06

oups y'a le c de Bosch qui est passé entre les touches du clavier…

fbd 30/03/2012 14:05

Au sujet de l'art contemporain, il existe un livre très démystifiant "les mirages de l'art contemporain" de Christine Sourgins.

Mu, la vision de Bosh peut nous parler à notre époque et nous sembler proche (ça le fait aussi avec les peintures rupestres!!) mais il vaut mieux éviter de la qualifier de contemporaine, puisque
contemporain veut dire de l'époque présente.

Flora bis 31/03/2012 09:03



En effet, il y a une certaine confusion entre "moderne", "contemporain" etc. dans le langage concernant la période qui a suvi les impressionnistes et jusqu'à nos jours...


J'essaye de trouver ce bouquin.



Michel Cristofol 21/03/2012 22:08

Quel bonheur, grâce à vous et par l'intermédiaire de ce billet, que d'avoir pu visionner la conférence sur l'art dit " contemporain ", donnée par André Comte Sponville, et d'avoir pu écouter ses
propos éclairés et bien étayés par des exemples, parfois même amusants, et que je rejoins d'ailleurs dans ses goûts exprimés. L'art est bien sans rapport aucun avec les idées et ne peut être en
progrès !

lucien 14/02/2015 07:03

direz vous la même chose après avoir écouté ce qu'en dit Michel ONFRAY

Flora bis 23/03/2012 08:47



J'ai été contente d'entendre ses idées de philosophe et je lui donne raison en partie. Son jugement est cependant lapidaire et jette le bébé avec l'eau du bain...



Nadège 21/03/2012 11:40

Et en même temps certains esprits aiment la complication, le fait qu'une œuvre ne se dévoile pas si facilement ou que... si l'on vient la chercher. Les artistes sont souvent un peu tordus ;))

Flora bis 23/03/2012 08:44



Certes... mais je suis restée assez perplexe devant une "oeuvre" qui consistait à écrire sur la fenêtre de la salle d'exposition: "Coucher de soleil sur la Baie de
X." (et au specteteur de faire le boulot en imagination  -  à chacun sa baie!) Je préfère un "tordu" qui ne triche pas! 


Ceci dit, ce n'est qu'un avis parmi d'autres...