Bribes de mémoire 49. Cage dorée derrière le Mur

Publié le 8 Novembre 2009

   Commémoration oblige, je fais un grand saut dans la chronologie des événements marquants de ma vie. Au moment de la chute de mur de Berlin, nous séjournons à Istanbul depuis cinq ans. Cet événement dont tout le monde ressent la portée historique nous touche bien plus personnellement qu'il n'enthousiasme beaucoup d'autres et nous ramène à des années en arrière...
   En 1976, après deux ans en Algérie, nous atterrissons à Berlin Ouest, pour y rester jusqu'en 1982. Notre fils naît là-bas et peut prononcer à l'instar de Kennedy (avec plus de légitimité, mais avec moins de portée symbolique) : "Ich bin ein Berliner !"
   Nous débarquons dans un monde irréel, artificiel, dans un îlot en plein milieu de la RDA, hostile et méfiant jusqu'à la paranoïa : dans Berlin Ouest entouré du Mur. Le premier choc des contrôles militaires multiples passé, le Mur fait partie de notre paysage quotidien, de notre perception de la vie en général. Il est là comme un vestige de la guerre, un monument éloquent des rapports de force et des face-à-face blindés de deux blocs inconciliables. Sensation paradoxale : le Mur a été érigé dans les années soixante pour cautériser l'hémorragie de la population est-allemande vers l'Ouest ; il nous entoure donc mais ce sont ceux d'en face, les habitants du pays en plein milieu duquel nous nous trouvons qui en sont véritablement les prisonniers. Certains d'entre nous ont du mal à conceptualiser leur situation géographique...
   Berlin-Ouest est divisé en trois zones d'occupation : les Français au Nord (grâce à de Gaulle, ils ont eu, in extremis, eux aussi, une part du gâteau), les Anglais au milieu et les Américains au Sud de la ville. Selon les accords quadripartites, Berlin Est est considéré comme zone d'occupation soviétique. Cependant, par la volonté de Moscou d'ériger un pays communiste face à l'Ouest, il est devenu capitale  -  illégalement pour les Alliés occidentaux qui ne le reconnaissent pas comme telle  -  la capitale de la RDA. Ainsi, nous vivons une situation contradictoire où le gouvernement de la France maintient une ambassade à Berlin Est, reconnaissant de facto son statut de capitale, tandis que le Gouvernement Militaire français de Berlin (GMB) le considère comme simple zone d'occupation soviétique... Il en résulte des situations tout à fait cocasses que je raconterai plus tard.
   C'est une vie en tous points schizophrénique mais moi, personnellement, j'ai toujours vécu dans des régimes à la schizophrénie ambiante et je m'en accommode vite. Ayant la double nationalité, je possède donc mon passeport délivré par la Hongrie communiste et ma carte FFA (Forces Françaises en Allemagne), délivrée par l'armée française d'occupation... Cela donne une certaine hauteur de vue pour contempler les situations générées par la folie humaine...
la suite suivra...
 

Rédigé par Flora

Publié dans #mémoires

Repost 0
Commenter cet article

La Merlinette 10/11/2009 11:59


grâce à ton témoignage ,je saisis encore
mieux les stupidités des "politiques"...et
des luttes des "grands" dans nos pauvres vies:
partages,aménagements de territoires ,frontières par-ci défrontièrisées
par là... au gré d'intérêts du Pognon ou d'Idéologies de mégalos ...
l'histoire de ce Mur "démurisé" en est un bel exemple !


Flora 10/11/2009 18:41


C'est vrai que nous n'avons pas souvent notre mot à dire dans le déroulement de l'Histoire... Parfois, cependant, nous arrivons à détruire des Bastille et des Murs...


José Le Moigne 09/11/2009 00:51


Pourquoi les miettes? Je pense que quand il n'y a plus rien il reste la mémoire.Ne sommes nous pas chacun à notre manière des Passeurs de paroles?
Amitiés
José


Flora 09/11/2009 08:48


Entièrement d'accord. Chacun à sa manière. Et j'essaie de le faire.
Amicalemnt à toi, Frère. 


Litteratus 08/11/2009 12:29


la schizophrénie de ces régimes : il faut nous en dire plus... quelle folie humaine ce mur ! j'attends la suite


Flora 08/11/2009 13:23


Il y aurait un roman à écrire sur ce sujet ! A défaut, j'en parlerai dans les miettes de ma mémoire...
Merci de votre visite!