Baudelaire (vieux portrait au stylo bille de mes 18 ans...)

Publié le 19 Juillet 2011

Beaudelaire_NEW.jpg

 Une esquisse provenant d'un antique cahier à croquis.

J'en ai gardé plusieurs, ils m'accompagnaient partout, le sujet était partout.

Le dessin était mon passe-temps favori, avec la lecture, pendant mon adolescence.

Rédigé par Flora

Publié dans #images

Repost 0
Commenter cet article

fbd 26/07/2011 20:24


tiens je n'avais pas remarqué que tu avais écrit Beaudelaire, presqu'un jeu de mots!


Flora 26/07/2011 20:41



Le pire c'est que moi non lus... sans faire de jeu de mots...


merci!



litteratus 26/07/2011 17:20


à l'âge où l'on dessine comme on respire...


Flora 26/07/2011 20:10



C'est vrai, on se fiche pas mal des tendances et des écoles, d'être "in"...



fbd 26/07/2011 16:46


L'inachevé est parfois tellement plus émouvant…! j'espère que tes dernières expos t'ont encouragée, tu as de multiples cordes à ton arc mais on a toujours besoin d'encouragements!


Flora 26/07/2011 20:03



Merci, ma chère Françoise, tu touche mon point faible: la confiance!


Je suis entièrement d'accord avec ta première phrase. L'achevé achève parfois sans pitié...



André 25/07/2011 14:49


Tu me donnes envie de mieux connaître ce poète dont je ne connais que 'Les fleurs du mal' et 'L'albatros'.
En faisant une recherche sur ses oeuvres, je découvre des textes sur les paradis artificiels et je me suis souvenu que Balzac avait écrit aussi sur ce sujet (Traité des excitants modernes), ayant
découvert ces écrits en visitant 'La maison de Balzac' à Paris dans le 16e.

Je m'évade ces 5 prochains jours sur la côte d'Opale ...


Flora 25/07/2011 20:06



Voyages donc "sur papier" et en vrai! Je nous souhaite de tes belles photos!


Amicalement. 



fbd 22/07/2011 16:28


C'est un beau dessin! Je me répète bien sûr: que de talents multiples!


Flora 23/07/2011 09:18



C'est un croquis qui n'est même pas achevé. Mais assez bien parti...


Merci beaucoup, chère Françoise, j'ai l'air d'engloutir de façon gourmande tes compliments mais au fond, il y a un gouffre de regrets et de confiance chancelante...