Ambiance de salon 2009...

Publié le 23 Février 2011

Paris 2006Le Salon de l'Agriculture est assez rapidement suivi par celui de la culture tout court, dans ce hall N°1 du Parc des Expositions de la Porte de Versailles, où pendant les premiers jours du Salon du Livre flottent encore quelques effluves laissés par les vaches et les cochons... En 2009, au bout de presque 10 ans, je termine ma dernière participation d'exposant. La décision mûrit et j'entame mon cahier de brouillon rouge qui ne me quitte plus désormais. L'atmosphère laisse présager quelques changements d'itinéraire... Alors, je noircis le cahier sans relâche, au gré des idées qui passent...

Lundi 16 mars 2009: aujourd'hui, journée des professionnels; libraires, bibliothécaires, traînant leurs immanquables valises, l'oeil hagard mais encore frais le matin. Vers 16-17 heures, les valises seront lourdes et les traits distendus...

    Troupeaux d'agents candides de la culture... Aurai-je à regretter le droit d'avoir la gueule blasée des gens in que j'arbore actuellement? Les regrets viendront inévitablement après...

   Je pique du nez dans mon "Perroquet...". Il n'y a même plus de café sur le stand. La dame avec son histoire familiale se rebiffe, déçue que ça ne parte pas comme des petits pains. Pensez-vous, le Salon du Livre de Paris! Et la journée des professionnels, jour où personne n'achète! (nous, les vieux briscards le savons très bien...) Elle s'installe à la table des dédicaces, d'où elle harponne vainement le chaland indécis et fuyant.

   Au fond, c'est fascinant, ce stylo feutre qui court inlassablement sur du papier blanc, laissant derrière lui des  gribouillis qui restituent à la lecture, miraculeusement, la pensée écrite! Je m'émerveille de ces petites évidences dont on ne cherche même pas à constater l'existence, la plupart du temps: l'ampoule électrique d'où jaillit la lumière, le robinet qui libère la source de la vie, chaude, froide à souhait, alors que j'ai encore le souvenir de la corvée d'eau du coin de la rue, de la fontaine, à 100 m de la maison. Le grand progrès du robinet dans la cour! Mon père a longuement résisté ensuite pour percer le mur, afin de faire entrer l'eau dans la maison. Ma mère, toujours à la pointe du progrès, poussait avec acharnement contre la résistance paternelle. De guerre lasse, il cédait, après d'âpres années de combats, contre les WC dans la maison... qui pouvaient ainsi suppléer le cabanon du fond de cour où, par -25° en hiver, nous ne nous attardions que le temps strictement nécessaire. La nuit, par pitié pour les enfants, un grand pot en faïence blanche était autorisé à pénétrer dans la maison et uniquement pour la mauvaise saison. Les adultes continuaient à être obligés de fréquenter le fond de la cour.

   La vieille dame se prend vraiment pour un écrivain, à avoir pondu un livre. C'est bien pour son âge: avant de mourir, elle peut grossir le tas des livres à satisfaction minuscule et individuelle d'avoir existé et de disparaître aussitôt. Encore une fois, faut-il la masse pléthorique des médiocres ou pire, pour qu'émerge le génie? C'est peut-être aussi simple que ça...  


 

Rédigé par Flora

Publié dans #réflexions

Repost 0
Commenter cet article

litteratus 01/03/2011 15:39


le salon du livre donnerait lieu ainsi une confrontation des cultures et des mondes...


Flora 02/03/2011 11:21



Pendant dix ans, il a été lieu de rencontres extraordinaires que je garde précieusement.



fbd 26/02/2011 16:46


c'est toi, sur la photo?
"le chaland indécis et fuyant" comme l'observation est juste! "la vieille dame se prend vraiment pour un écrivain, après avoir pondu un livre" là c'est tout le regard critique sur les petites et
grandes ambitions… ;-)


Flora 26/02/2011 18:59



Oui, il y a 3-4 ans...


Cette note de 2009 sur mon cahier a été le prélude de mon détachement de cette grande foire des livres et des vanités... Ma dernière participation en qualité d'exposant. Une transformation
radicale de mon regard sur tout cela, ce côté dérisoire de nos minuscules ego...



André 25/02/2011 12:07


Nous aurions pu nous rencontrer à l'occasion de cette manifestation, dommage ...


Flora 25/02/2011 13:16



C'est vrai! Pendant les 10 années, j'ai eu des rencontres inoubliables et enrichissantes!



JML 23/02/2011 17:42


Oui ...Oui ...Oui...Encore...Encore...Encore...


Flora 24/02/2011 09:18



Merci beaucoup, Jean-Marie! Ce cri du coeur me rappelle quelque chose...