Ágnes Nemes Nagy (1922-1992): Le soleil s'est couché (Lement a nap)

Publié le 11 Juin 2011

Nemes Nagy Agnes
LE SOLEIL S'EST COUCHÉ
Le soleil s'est couché. Non. Il est là.
On dit qu'il s'est couché mais le firmament
tient encore dans le creux de sa main cet autre
soleil, qui lui ressemble à s'y méprendre,
tel ce corps de verre du sablier
d'où s'est déjà écoulé le réel.
Et près de nous, des battements de lampes
vacillant sur les câbles électriques,
musique de métal des fils
que seul le vent commande.
Jeu de cache-cache
avec soi-même,
appels répétés:
ce sont déjà d'autres langages,
à cause d'eux, il faut faire vite.
                         traduction: Guillevic

  Lement a nap
Lement a nap. De nem. Még látható.
Csak voltaképpen ment le, még az égbolt
tenyéröblében tartja ezt a másik,
megtévesztésig hasonló napot,
akár egy homokóra felső
üvegcsészéjét, melyből már kipergett
a voltaképpeni.
És lent a lámpák csattogásai
a drótkötélen imbolyogva,
a huzalok e természeti hangja,
mit nem vezérel más, csupán a szél.
Ezek már más beszédek,
ezek az önmaguk mögé
lecsúszó helyettesitések,
a vissza-vissza integettetések,
ezekkel már sietni kell.

Rédigé par Flora

Publié dans #traductions

Repost 0
Commenter cet article

clovis simard 18/06/2011 12:20


Voir mon Blog(fermaton.over-blog.com)
THÉORÈME DU SABLIER
LA CONSCIENCE HUMAINE


Mu 11/06/2011 21:20


"des battements de lampe"...comme j'aimerais l'avoir écrit. C'est ça la poésie, des mots entre eux qui ne se rencontrent jamais et que le poète invite à sa table pour qu'ils se nourrissent de sa
langue afin de nourrir à leur tour un paysage inédit par les yeux de celui qui lit ! Merci Flora pour ce poème.


Flora 12/06/2011 09:58



Les mots qui se rencontrent grâce à la volonté et l'émotion du poète: miracle de la création, processus fragile et mystérieux qu'on aimerait tellement saisir parfois!...


Merci de ta visite, ma chère Mu.