A la mémoire d'Yvette Moret sage-femme...

Publié le 30 Janvier 2013

Yvette_NEW.jpg Toute la journée, elle me revenait en mémoire, comme si elle avait voulu attirer l'attention sur le fait qu'elle avait définitivement quitté ce monde il y a tout juste quatre ans. 

   Je l'ai rencontrée en août 1973, une semaine avant notre mariage. Lorsque nous nous sommes saluées, elle s'est mise à pleurer... J'ai su plus tard que ce genre de démonstration de ses émotions était très rare. Elle était plutôt réservée, une présence discrète mais intense. Elle est devenue ma belle-mère.

   En 2004, j'ai enregistré son témoignage pour notre revue: le récit d'une vie de sage-femme dans la France des années d'après-guerre. Une histoire passionnante, riche en anecdotes drôles ou dramatiques, comme la vie elle-même. C'est aussi l'histoire d'une personne rare, semblant solide comme un roc, réservée jusqu'à la froideur apparente... J'ai compris plus tard que cette façade cachait des fêlures qui m'ont permis d'arriver jusqu'à elle, à l'aimer...

   Elle était profondément croyante, d'une foi intime et non démonstrative. Elle disait parfois que sans la rencontre de son mari, elle serait devenue carmélite... Nous avons beaucoup échangé sur ce sujet, dans le respect mutuel de nos différences. Elle était un étonnant mélange d'aspiration hautement spirituelle et de gourmandises terrestres: remarquable cuisinière et pâtissière, aimant les belles choses, vêtements et bijoux... Sans excès, bien sûr, avec la mesure en toute chose.

   A la fin de l'année 1999, son mari s'est fait écraser sur un passage piéton par un chauffard ivre. Plus de cinquante années d'amour sans faille, de liens étroits et tendres se desserrent tout d'un coup... Six ans plus tard, le fils aîné ("dans lequel elle se reconnaissait le plus") meurt à son tour. "Ce n'est pas normal que nos enfants partent avant nous", disait-elle, démunie...

   A la fin de janvier 2009, elle s'est éteinte à son tour. Lassée de l'attente...

Rédigé par Flora bis

Publié dans #mémoires

Repost 0
Commenter cet article

fbd 05/02/2013 18:53

c'est terrible tant d'amour donné et repris.

Flora bis 05/02/2013 18:57



Je pense que nous allons tous passer par là... 


A part ça, tout va bien, je suis plutôt de nature optimiste... mais lucide.


Contente de ta visite.



mu 01/02/2013 10:46

L'écriture, l'art ne sont pas dans notre vie pour rien, ils sont la force que déploient notre imagination et notre espérance devant le tragique de la vie, ils élèvent afin que nous regardions de
plus haut et plus librement, ils éclairent nos chemins car la traversée de la nuit humaine est hardue.

Flora bis 02/02/2013 07:25



Oui, comme disait Nietzsche: "Nous avons l'art, afin de ne pas mourir de la vérité"...



mu 01/02/2013 00:03

Chemins de vie qui se livrent sous ta plume, Chère Flora, je ne savais pas pour le papa de Gilbert. J'ai une pensée pour cette Yvette bien sympathique de ta description, sage femme avec laquelle on
a envie de se mettre à table pour déguster un bon repas.

Flora bis 01/02/2013 10:38



Oui, elle inspirait confiance, une fois qu'on a réussi à percer son "armure"...


La fin du 20e siècle et le début du 21e ont été difficile... Et la suite à l'avenant...