Délicieux Willy Ronis : un photographe humaniste

Publié le 23 Septembre 2009

Françoise  -  Gordes   1958

"Je suis belle, ô mortels, comme un rêve de pierre"   -  pourrions-nous appliquer ce vers de Beaudelaire, avec Sollers, aux photos de nu de Willy Ronis, éternel jeune homme qui vient de nous quitter à 99 ans. Ses femmes nues deviennent lumineuses dans son regard et nous ne pouvons que nous laisser emporter par cette vague d'émotion, de sérénité et de tranquille simplicité. Elles ne posent pas : elles se laissent vivre. Willy Ronis nous transmet son émerveillement du quotidien, sublimé par son regard...   

Rédigé par Flora

Publié dans #réflexions

Repost 0
Commenter cet article

Ame chopinienne 24/09/2009 20:42


Très belle photo, qui s'apparente presque à de la sculpture... Je n'ai découvert Willy Ronis que très récemment, par un autre blog, et vous remercie tous deux de l'évoquer pour mon plus grand
plaisir !


Flora 25/09/2009 09:17


Je l'ai découvert il y a une vingtaine d'année et le coup de foudre a été immédiat! (par son chef-d'oeuvre, "Nue provençale")


Nadège 24/09/2009 14:10


Mon Dieu, mais c'est Ève !!!


Flora 25/09/2009 09:12


Oui, chère Nadège, mais l'éternelle, pas celle du Paradis, à cause du tricot...


cbx41 23/09/2009 19:50


Je ne connaissais pas ce photographe, mais son talent m'interpelle comme beaucoup d'autres avant moi ...
@+


Flora 24/09/2009 12:44


Il y a eu de nombreuses publications ces derniers temps  -  les éditeurs pressentaient sa fin proche, à 99 ans... Ceci dit, à 88 ans, il sautait encore en parachute!


fbd 23/09/2009 18:22


Oui, c'est très beau… et très en accord avec tes propres dessins!


Flora 24/09/2009 12:42


C'est vrai qu'on a la sensibilité en commun, un certain regard sur la vie, empreint d'un optimisme incurable... "Qu'aimeriez-vous que l'on dise de vous?" lui demande un journaliste.
"C'était un brave type et il était bon photographe." Rien que pour cette phrase  -  et la grande qualité de son travail  -  mon admiration lui est acquise, dans ce
monde démangé par des egos démesurés, tourmenté par des génies autoproclamés...