Trois ans, déjà...

Publié le 7 Juillet 2009

    Le 7 juillet est toujours une date à part... Impossible de ne pas revivre cette ultime nuit de veillée, après le verdict sans appel du médecin : "Votre mari est en train de partir. "  -  "Partir ?"  -  "Mourir, Madame".  Ce petit dialogue reste gravé pour toujours : ma question idiote qui ne peut, ne veut pas comprendre. Que le miracle tant de fois accompli n'aura pas lieu. Qu'il ne reste plus qu'à attendre, dans cette atmosphère devenue soudain glaciale. Que lui, ce lutteur héroïque depuis des années et même depuis ces quelques mois de condamnation définitive, a fini par baisser les bras, comme en s'excusant : je suis allé aussi loin que possible, je n'en peux plus...
    Amos, cher ami et frère véritable, tu ne liras peut-être pas ces mots. Tu nous as tenu compagnie, à nous deux, dès mon premier appel, laconique et désespéré, jusqu'au bout et même au-delà. Cette terrible attente en a été allégée et je t'en serai reconnaissante jusqu'à la fin de ma vie.
     La vie continue et la tristesse se mue en énergie à chaque fois que je pense à lui. J'ai retenu la leçon. Il ne faut pas gâcher les instants qui nous sont impartis : ils ne reviendront jamais. Il y a tant de choses passionnantes à faire pendant ce laps de temps si minuscule et la peau de chagrin diminue à une vitesse sidérale... Comment pourrait-on envisager un seul instant la béance menaçante de l'ennui ?
    Je n'ai pas besoin de "travailler" mon deuil, pas de pensum quotidien à accomplir, ni de solitude à combler. Avec ce testament-là, j'ai de quoi nourrir le restant de mes jours...

Rédigé par Flora

Publié dans #réflexions

Repost 0
Commenter cet article

cbx41 22/07/2009 16:40

Notre vie est jalonnée de ces moments qui nous peinent tant et, pourtant, il nous faut avancer ...
Amitiés, @+

Flora 22/07/2009 23:53


Merci pour ta pensée, André. Amicalement: flora


Caméléon des Neiges 18/07/2009 20:57

C'est l'expression de l'attachement, au-delà du temps, au-delà de l'absence, qui me plaît dans votre blog, chère Flora, quelle fabuleuse histoire d'amour.
Avec toute mon amitié.

Flora 20/07/2009 13:03


Merci, Patrick. 33 ans ensemble, ce n'est pas rien. De plus, dans l'exigence d'une relation qui n'aimait pas la routine... Je ne me sens pas "gardienne du temple", j'insiste plutôt sur la
formidable énergie reçue en héritage (que je ne possédais pas forcément au départ!) Mais vous connaissez le boulot des bâtisseurs d'édifices solides...


fbd 15/07/2009 20:06

Je ne suis pas venue depuis un moment ici… des soucis de santé chez moi, qui me font revivre des choses assez proches de ce texte, étonnament… il me reste des peurs déraisonnables d'anciennes épreuves. Le syndrome du survivant, parait.
J'ignorais cette peine et ce deuil pour vous, Flora, amitiés.

Flora 17/07/2009 11:51


Merci, Françoise. On reste avec une sensation étrange, après une telle épreuve. Un survivant, c'est le bon terme... La rencontre si directe avec la mort est une expérience qui change toute la
vision du reste de la vie : en bien et en moins bien... Certains y gagnent en sagesse, d'autres en folie...
Amicalement: flora


Ame chopinienne 13/07/2009 00:09

Je me disais aussi que tu étais bien silencieuse... Bizarre, cette panne depuis justement le 7. Moi, j'y verrais un signe de Gilbert... Sincèrement.
Oui, il s'agit bien de mon père. Tu as raison, il n'y a pas de hiérarchie dans ce genre de douleur. La souffrance EST. Comme le déchirement. Comme le vide. C'est une partie de nous-mêmes qui s'en va. Et c'est une souffrance qui ne finira qu'avec nous. Amitiés et à bientôt, Carmen.

Flora 17/07/2009 10:33


Cela ne m'étonne pas, chère Carmen, mais hélas, je suis trop cartésienne pour céder à cette tentation! C'est vrai que je pourrais l'interprêter comme un signe de G. pour tenir enfin sur mes pieds
et commencer une page blanche de ma vie sans m'appuyer sur lui. TOUT s'est effacé, notamment mails et carnets d'adresses...
Heureusement, ma mémoire tient encore le choc...
Amitiés: flora


KapitányG 11/07/2009 08:43

Az év többi 364 napján sem fáj kevésbé - csak éppen azon az egy napon hagyja is az ember, hogy fájjon.

Flora 12/07/2009 23:42


Innen, Meudon-bol, a fiaméktol probalok gyorsan par mail-t küldeni, mig rendbe nem jönnek a dolgok a gépem körül...
Köszönöm az üzenetet, Gabi. Igazad van. Csak ezt a fajdalmat kell valami mozgosito energiava (nincs ékezetem!!! Erthetö mégis?) atalakitani, hogy ne legyen hiabavalo minden...