Ciel de plomb, décembre...

Publié le 2 Décembre 2015

Ciel de plomb, décembre...

Ce sont des jours de transition: ni chauds, ni froids, ni tension, ni relaxation totales... Le ciel est lourd, tout se teinte de gris et de toutes ses nuances. Deux semaines après la tragédie, les gens se tassent: la morne routine revient car bien obligée, mais sans la soupape de la fête. Comme une gueule de bois.

On prépare Noël sans y penser - sans y croire? C'est si loin, demain...

Anesthésiés? Peut-être. Besoin de rassembler les pièces éparpillées du puzzle. Mettre un peu d'ordre dans nos pensées, dans nos vies. Pour y croire de nouveau, encore et encore. Car sans carburant, le moteur est définitivement mort. Et cela, on ne peut pas se le permettre. Pour les générations futures que nous mettons au monde et qui ne l'ont pas demandé. La responsabilité pour elles nous incombe entièrement.

Je regarde mes petites-filles, magnifiques, intelligentes, sensibles, innocentes. Elles ont tous les talents, détiennent toutes les promesses, même celles de nos rêves morts-nés.

Elles nous font confiance. Nous n'avons pas le droit de les décevoir.

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #ressenti

Repost 0
Commenter cet article

fazou 04/12/2015 15:31

oui, rien que leur chevelure est magnifique ! on a envie de s'améliorer ou de continuer pour ses enfants… ou petits-enfants!

Flora bis 04/12/2015 15:42

C'est vrai, chère Françoise, au moins tenir, à défaut de s'améliorer - mais après tout, qui sait? Les miracles existent-ils?
Leur montrer nos mines de défaite aurait un effet désastreux sur eux.
Merci de ta visite!