A la frontière...

Publié le 13 Octobre 2015

A la frontière...

Je viens de publier une note sur mon blog hongrois, encore sous l'empreinte du jour de mon anniversaire. On a beau se dire que tout cela se passe dans a tête, que c'est un jour comme un autre, que sa solennité dépend en grande partie de nous et de notre entourage. Nous ne recevons pas d'un coup douze mois sur la tête, non: notre lente décrépitude est presqu'imperceptible, du moins pour celui ou celle qui nous aperçoit tous les jours - nous-mêmes...

Nous sommes à mi-octobre: hier, grand soleil, aujourd'hui 7° à peine, accompagné d'un vent glacial. Le moment où nous venons au monde a-t-il vraiment de l'influence sur notre caractère comme les astrologues l'affirment depuis toujours? En dépit de mon cartésianisme rassurant, je suis tentée d'y croire un peu... A la frontière de l'été indien où la saison froide fait des incursions brèves et inattendues pour nous habituer au frimas à venir, nous avons encore la mémoire de l'été dans la peau, tout en nous tournant déjà vers les jours raccourcis. Nous nous préparons à hiberner et guettons les derniers rayons tièdes pour nous requinquer... Je suis un peu ainsi: gaie et optimiste dès que le soleil revient, en proie à la mélancolie sous le ciel gris de plomb. Je me calfeutre avec la nostalgie de l'été autour du cou...

Rédigé par Flora bis

Publié dans #état des lieux, #ressenti

Repost 0
Commenter cet article

fazou 16/10/2015 19:09

les rayons lumineux ne sont pas étrangers à notre humeur, ils sont même nécessaires à notre santé… mais parfois je trouve qu'un ciel gris est bien beau, et que la pluie apporte sa petite musique… perso je crois que j'aime la variation du temps…

Flora bis 19/10/2015 00:16

La variation, oui, avec beaucoup de soleil et un peu de pluie, de temps en temps!... "Parfois", comme tu dis, mais pas l'inverse que je vis ici...
Merci, chère Françoise, de ta visite; j'ai un peu tardé avec la réponse: week end très chargé de festivités de toute sorte, en famille, plus début des vacances scolaires pour les petites-filles!