Jours historiques

Publié le 12 Janvier 2015

Jours historiques

Foule immense, émotion collective, récupération ou non, futures polémiques... On est loin de l'état de sidération dans lequel nous étions plongés depuis mercredi midi et pendant trois jours. Dimanche après-midi, c'était l'enthousiasme et l'émotion à l'unisson qui primaient et qui, peu à peu nous libéraient du sentiment oppressant.
Massacre de dessinateurs, de journalistes, de victimes collatérales, prise d'otages sanglante et interventions impressionnantes, nous avons vécu, par écrans et ondes de radio interposés, des journées intenses.
Le déclencheur? La force subversive de l'humour. Je repense immédiatement au roman d'Umberto Eco: "Le nom de la rose". Le moine illuminé devient "serial killer" par fanatisme pur: pour lui, le rire est une provocation intolérable qu'il convient d'éradiquer. Le blasphème...
Jusqu'où va la liberté d'expression, a-t-elle une limite, quand devient-elle insulte pour les croyants? Manquerait-on à ce point de sens de l'humour au deuxième degré dans certains milieux (et pas seulement chez les fondamentalistes)? Censure, voire même auto-censure, couplées du "politiquement correct" qui a faussé tant de débats...
Beaucoup de pain sur la planche pour ceux qui ne se contentent pas de se jeter dans la chaleur des émotions collectives mais qui veulent bien réfléchir, calmement, sans passions partisanes, aux causes et aux conséquences, afin de préserver l
'avenir.

Rédigé par Flora bis

Publié dans #réflexion

Repost 0
Commenter cet article