Petites méchancetés sur les critiques - la vengeance des écrivains

Publié le 29 Janvier 2014

Petites méchancetés sur les critiques  -  la vengeance des écrivains

On entend souvent que le critique littéraire est un écrivain raté. Il est, certes, plus aisé de critiquer une oeuvre que de la commettre...

Toutefois, je ne jetterais pas le bébé avec l'eau du bain: un bon critique à l'oeil aiguisé, capable de déceler les défauts et les qualités d'une oeuvre avec la distance nécessaire d'avec ses goûts personnels, est très utile aussi bien pour l'auteur que pour le lecteur.

De nos jours, il vaut mieux ajouter la nécessité de son indépendance vis-à-vis des maisons d'éditions, loin de tout soupçon de complaisance et de renvoi d'ascenseur...

Voici quelques perles venant d'écrivains vengeurs:

* "Demander à un écrivain ce qu'il pense de la critique, c'est demander à un réverbère ce qu'il pense des chiens." (John Osborn)

* "Critiques: le plus sale roquet peut faire une blessure mortelle. Il suffit qu'il ait la rage." (Paul Valéry)

* "Je ne réponds pas d'avoir du goût, mais j'ai le dégoût très sûr." (Jules Renard)

* "Je n'ai jamais lu un livre avant d'en faire le compte rendu, cela donne trop de préjugés." (Sydney Smith)

* "Les paroles s'envolent, les aigris restent." (Patrice Delbourg)

* "Guêpe: emblème de la critique... L'aiguillon sans le miel." (Anonyme)

* "Le critique sait tout, voit tout, dit tout, entend tout, touche à tout, remue tout, mange tout, confond tout, et n'en pense pas moins." (Erik Satie)

(recueillis par Eric Momus in "Je hais les écrivains", éd. du Rocher)

(Ill. photo Google)

Rédigé par Flora bis

Publié dans #citations

Repost 0
Commenter cet article